@Ficanas84

Accueil du site

Archives : mars 2008

Dernier ajout : 1er mars 2008.

Casse-toi, pov’ con !

samedi 8 mars 2008, par Marc Leblanc

Décidément, le nain politique des jardins de l’Elysée sait imprimer sa marque. La classe, vraiment ! Et ça représente la France…

Selon Fillon, le Premier Ministre omni-absent de cette République de pacotille, il serait scandaleux de refuser de serrer la main du Président. Je me gausse ! Arf ! Sarkosy victime d’une soit-disant haine revancharde des vaincus de mai 2007. Mon pauvre Fifi, mets-y plus de conviction pour défendre ton maître. Sinon, tout le monde va penser que tu t’en cognes de ses malheurs ! C’est pas bien du tout, ça…

Ceci dit, à ma connaissance, personne ne pose LA question : Pourquoi cela arrive-t-il à Sarkosy ? Oui, pourquoi à lui ? Et surtout, pourquoi cela ne surprend-il pas vraiment ?

Chirac fait quasiment un triomphe au même endroit. Putain, la gifle !

Mitterrand n’a jamais eu à affronter un tel mépris. Même Giscard, avec son cul serré, n’a pas connu de tels déboires.

Alors pourquoi, ce pauvre nabot cristallise-t-il sur sa personne de telles réactions de rejet ?

Peut-être que, à force de mépriser le peuple avec tant d’ostentation, Son Insignifiance recueille-t-elle les fruits de ses excès en tous genres. Du "kärcher" pour nettoyer les cités aux copies outrancières des mœurs monégasques, l’éventail est large et peu ragoutant. Arriver en moins de 10 mois à faire regretter à ce point ses prédécesseurs, c’est quasiment un exploit digne du Guinness des Records.

Mais la route est encore longue jusqu’à l’heure de la délivrance. Imbu de sa personne comme il l’est, le gnome nous réserve certainement encore de très mauvaises surprises. Alors savourons ces petits moments d’éclaircie en ces sombres temps de déliquescence démocratique.

Elections municipales à Bédarrides (84)

Neuilly sur Ouvèze

Ou les curieux relents xénophobes d’un "Vivre ensemble" sélectif

dimanche 16 mars 2008, par Marc Leblanc

Pas de tout repos, les élections au village. La peur du rouge (disons plutôt du rose, peut-être même un peu pastel) bat le rappel des ténors de la droite sectaire et rétrograde des alentours. Pas un élu UMP (ou pas loin de s’en réclamer) ne manque à l’appel désespéré de la liste "Vivons ensemble" emmenée par madame Françoise Forment, arrivée en seconde position du premier tour avec "seulement" 43,72 % des suffrages contre 46,44 % à celle de monsieur Joël Sérafini.

Injure suprême pour l’ex-première adjointe de la municipalité sortante qui pensait sans doute que sa personnalité et son bilan lui assureraient une élection confortable. Et paf ! Raté !

D’où des manœuvres de dernière minute pour agiter le traditionnel et horrible spectre d’une prise de pouvoir par la Gauche honnie. C’est que, même à Bédarrides, il en est qui savent se donner des faux airs de Pepone et Don Camillo. Ne manque plus à monsieur Joël Sérafini que d’être affublé par ses adversaires d’un couteau entre les dents et on se croira revenu au bon vieux temps de la propagande anti-communiste des partisans de feu Mongénéral.

Les temps changent, c’est sûr.

Pour en savoir plus sur Bédarrides, cliquez ici.

On l’aura deviné, mon suffrage ne va pas à la liste de madame Forment. J’ai voté Sérafini au premier tour car, en me rendant sur le site de la liste "Bien vivre à Bédarrides", j’ai découvert que je partageais avec nombre de ses membres une certaine communauté de vues. Tant qu’à faire, je préfère voter pour des gens qui se déclarent de gauche. D’autant plus que, dans l’un de ses premiers tracts, l’"autre liste" annonçait que la plupart de ses candidats étaient de sensibilité UMP. Mon bon cœur me perdra, c’est certain, mais je pense inutile que ces gens-là perdent 6 ans à nous pondre une pale copie de la politique nationale. Mieux vaut qu’ils restent chez eux.

De plus, une profession de foi qui commence par :

Notre liste VIVONS ENSEMBLE unit des BEDARRIDAIS de longue date ou plus récents, rassemblés par la volonté de donner un nouvel essor à BEDARRIDES tout en conservant son authenticité.

que voulez-vous, moi j’ai comme une hésitation !

Des Bédarridais de longue date et plus récents ? Des Bédarridais, quoi ! Y a-t-il une date de validation, en plus ? Comme si les autres listes étaient composées, elles, de vilains étrangers à la terre sacrée bédarridaise.

Le pompon a été gagné vendredi dernier lorsque, au retour d’un déplacement, j’ai découvert dans ma boite aux lettres une série de tracts exprimant le soutien de toute la galerie UMP locale à madame Forment. Doivent vraiment avoir peur de perdre, ces beaux sires, pour dépenser tant d’énergie !

Parmi ces tracts, un de la liste "Vivons ensemble", bien évidemment.

Pour reprocher à monsieur Sérafini de ne pas vivre à Bédarrides mais du côté de Lyon où il est fonctionnaire territorial de la communauté d’agglomération "dont le maire est socialiste". La belle affaire ! C’est vrai qu’après la branlée que s’est prise monsieur Dominique Perben, battu au premier tour par le sortant socialiste, monsieur Gérard Collomb, nos histrions locaux doivent avoir comme un goût de cendre…

Mais quoi ? Pour être maire de Bédarrides, il faudrait donc vivre au village. C’est la condition sine qua non. A en croire madame Forment, la liaison Lyon-Bédarrides semble se faire encore en diligence, peut-être même par chaland sur le Rhône. Songez si cela est inquiétant car comment ferait-il en cas d’inondation pour prendre ses décisions ? De toute évidence, madame Forment n’a pas dépassé le stade du XIXème siècle. Voire du Moyen-Âge, la pauvre ! Surprenant de la part d’une personne qui parle de donner "un nouvel essor" au village. Vu comme ça, c’est sûr qu’il y a une belle marge de progrès ! Mais si quelqu’un pouvait l’informer qu’on a atteint le XXIème siècle… Allez quoi, soyez sympa.

Mais le plus beau est à venir. Qu’on en juge :

Par ailleurs, certains ont fait sciemment courir le bruit selon lequel nous envisagerions de créer un ensemble HLM sur la commune, notamment pour y loger une partie de la population sorguaise. Pour qui nous connaît, cette idée apparaîtra totalement saugrenue. S’il y a bien liste attachée à l’authenticité de notre village, c’est bien la nôtre.

Tel que ! Des malveillants ont fait courir un bruit. Et sciemment, en plus ! Ce serait par inadvertance. Mais non, même pas. Ces salauds l’ont fait exprès. Les gens sont méchants, quand même !

En effet, pourquoi dénaturer l’authenticité de Bédarrides avec de vils Sorguais ? On se le demande. Petite précision, les Sorguais en question sont les ressortissants de la commune limitrophe de Sorgues. On ne serait pas à l’heure de la glorieuse Union Européenne, on pourrait presque penser que cette ville relève d’une autre souveraineté nationale. L’angoissant monde sauvage commence aux frontières de Bédarrides. Il faut dire aussi que Sorgues a la particularité d’héberger une forte population d’origine immigrée que son maire, monsieur Alain Millon (UMP), serait sans doute heureux de partager avec ses amis voisins. Vu comme cela, on comprend mieux la notion d’authenticité si chère à madame Forment…

En gros, protégeons nos pauvres de la concurrence des gueux étrangers !

Le plus étonnant, c’est de lire la liste des noms des personnalités villageoises qui apportent leur soutien à madame Forment. Des Bédarridais de longue date ou plus récents. Comme les quatre membres de ma famille maternelle dont le nom à consonance italienne (joli d’ailleurs, mais les noms italiens sont toujours beaux) aurait dû les appeler à plus de modestie. Mon grand-père, travailleur immigré italien, homme respectable et respecté, ne leur a sans doute jamais légué le droit de définir comme authentique son intégration à la vie d’un village ni de faire obstacle à la venue d’autres étrangers. Ils devraient se souvenir qu’il s’en est fallu de peu que ses hôtes "authentiques" de l’époque ne le renvoient, lui et ses compatriotes malvenus, dans les tréfonds misérables d’une Italie qui ne pouvait nourrir ses propres enfants. Comme ils ont la mémoire courte !

Je ne m’étalerai pas sur certains autres noms, italiens, espagnols ou arméniens, qui traduisent bien toute l’"authenticité" d’un regard étroit, mesquin et illégitime sur l’immigration actuelle. Ma France, tes principes foutent le camp !

Et la suite :

Nous allons plus loin, nous nous battrons contre l’État qui nous sanctionne financièrement parce que BEDARRIDES n’a pas assez de logements sociaux. Non seulement nous ne ferons rien pour rattraper le retard mais nous refusons d’être sanctionnés alors que, par ailleurs, le PPRI (Plan de Prévention du Risque Inondation, ndr) que nous n’acceptons pas interdit aux Bédarridais de construire.

Quel courage ! On se croirait à Neuilly !

C’est beau de lire des gens, qui prétendent être élus de la République, affirmer qu’ils refusent de respecter la loi républicaine. Les mêmes, d’ailleurs, qui parlent d’éducation à la citoyenneté des enfants et stigmatisent l’incurie des parents. C’est vrai que, de la sorte, madame Forment donne un bien bel exemple ! Quelle cohérence !

Quant aux HLM, il est clair que la pénurie actuelle serait une aubaine pour une maire qui saurait, à n’en pas douter, exploiter le besoin de logement de ses administrés en usant d’un clientélisme digne des plus grandes métropoles de la côte provençale. Suivez mon regard.

Je ne pouvais décemment pas apporter ma voix à ça.

J’avoue que, depuis mon retour à Bédarrides, je portais un regard assez détaché à sa vie en général. Je le regrette un peu car je sens que j’aurais aimé me fritter avec ces gens qui n’ont pas le cran de promouvoir clairement leurs idées nauséabondes pour ratisser le plus largement possible, tout en flattant les instincts les plus bas.

Attendons un peu de voir les résultats. Il est 19 heures. Ça ne va plus tarder.

Elections municipales à Bédarrides (84)

And the winner is...

dimanche 16 mars 2008, par Marc Leblanc

JOËL SERAFINI

Bravo à la nouvelle équipe pour ce beau succès.

Le changement est donc maintenant en route.

Résultats du second tour

Nombre
Inscrits 4109
Abstentions 1011 24.60
Votants 3098 75.40
Blancs ou nuls 80 1.95 2.58
Exprimés 3018 73.45 97.42
Liste Voix % Exprimés Sièges
Françoise Forment 1471 48.74 7
Joël Serafini 1547 51.26 22

Rappel du premier tour

Nombre
Inscrits 4098
Abstentions 1152 28.11
Votants 2946 71.89
Blancs ou nuls 112 2.73 3.80
Exprimés 2834 69.16 96.20
Liste Voix % Exprimés Sièges
Marie-Dominique Granget-Sarrail 279 9.84 0
Françoise Forment 1239 43.72 0
Joël Serafini 1316 46.44 0

Pour en savoir plus : http://elections2008.interieur.gouv.fr/

Commentaire

Malgré 11 inscrits de plus au second tour, 152 votants supplémentaires et 184 suffrages exprimés de mieux, les manœuvres de dernières minutes de madame Forment n’ont pas réussi à faire la différence en sa faveur. Peut-être même que c’est l’effet contraire qui s’est produit. Tant mieux !

Monsieur Serafini augmente son score de 231 voix contre 232 pour la liste Forment. Un équilibre qui lui permet de conserver son avance du premier tour soit 76 voix au lieu de 77 avec une abstention relativement faible.

L’écart est très relatif (2.52 % des suffrages exprimés) ce qui implique de devoir gouverner la cité avec sagesse pour convaincre plus largement. Mais il est tout de même suffisant pour pouvoir jeter aux orties certaines idéologies peu ragoutantes. Et pour changer la gestion municipale. C’est l’essentiel et c’est ça la règle démocratique.

Encore bravo !

Maintenant, au boulot…

FFMC

Le C de la Colère est Citoyen

lundi 31 mars 2008, par Marc Leblanc

Débat récurrent.

Chaque fois qu’on parle de projet, de politique de développement de la FFMC, on y a droit. Il s’en trouve toujours quelques-uns pour prétendre que "Motards en Colère", c’est pas vendeur. Ça fait peur. C’est pas (politiquement) correct quand on va causer aux élus. Virez-nous cette colère ! Pas beau, la colère, pouah !

Aujourd’hui, il faudrait être tout lisse, tout bien présentable, bien policé, en somme…

Pourtant, à bien y réfléchir, je ne vois pas beaucoup de raisons de ne plus être un "motard en colère". Non, sans blaguer ! Car s’il y a une chose de particulièrement énervante, c’est bien d’entendre toujours les mêmes motifs sirupeux accompagnant les mêmes coups tordus.

Le contrôle technique, par exemple. L’exposé des motifs de la proposition de loi Mariani, député du Vaucluse, le même qui a pondu le célèbre amendement instaurant les tests ADN pour les étrangers, cet exposé des motifs est à lui seul un tel condensé de conneries qu’on peine à croire qu’il n’a pas été écrit pour faire descendre la communauté motarde dans la rue. Les mettre en colère, quoi !

Je me souviens aussi de discussions que nous avions eues avec des techniciens de feu la DDE des Alpes-Maritimes, du temps où je sévissais par là-bas. Après le traditionnel et toujours hilarant "Alors les motards, toujours en colère ?", nous avions pu faire valoir un certain nombre de récriminations concernant les infrastructures dans le département. Cela avait eu le don de passablement contrarier l’un de ces messieurs, pourtant lui-même motard, qui, vexé comme un pou, nous avait sorti le sempiternel et affligeant argument du comportement des motards.

Ainsi, pour ce guignol, à comportement égal, il n’y avait rien de choquant à ce qu’un motard se tue sur un piquet de rail, en principe de sécurité, ou celui d’un panneau de signalisation ou encore à cause de gravillons non signalés dans un virage, alors qu’un automobiliste, dans les mêmes circonstances, s’en sortirait le plus souvent indemne parce que l’infrastructure lui est adaptée, à lui et à lui seul. Du moins à sa boitàroues.

De même, les discussions avec les élus locaux (eux-mêmes très souvent finement adeptes du désopilant "Alors les motards, toujours en colère ?") donnent malheureusement à coup presque sûr dans le même registre. Parlez-leur de peintures glissantes, de dos-d’ânes hors normes ou de bornes anti-stationnement contondantes, ils vous répondront comportement et vitesse limitée à 30 ou à 50 km/h. Autrement dit, mourir en respectant la vitesse limite est un acte de citoyenneté. Il faut dire que, pour eux, cette éventualité est inconcevable. C’est dire si la plupart d’entre eux en connaissent un rayon sur les 2-roues motorisés. Je me suis toujours demandé quelle serait la réaction de tel élu goguenard si on venait lui annoncer que le minot à cyclo qui s’est tué sur les beaux rochers qu’il a fait placer en bordure des rues de sa riante bourgade, n’est autre que son fils ou son petit-fils (valable aussi au féminin). Mais la perte d’un motard anonyme, ça doit être moins pénible à supporter.

Prenez la lumineuse idée d’imposer les feux de croisement allumés à tout le monde, à laquelle le gouvernement a dû renoncer devant le rejet massif des motards et des automobilistes. C’était en 2005-2006. Je vous le donne en mille. La Commission Européenne, cédant aux sirènes du groupe de pression des constructeurs automobiles, annonce l’obligation d’équiper les véhicules neufs de feux dédiés pour 2012. Et c’est un Français, évidemment pas le plus brillant sinon on se souviendrait de lui, un certain Jacques Barrot, ex-ministre de Giscard, commissaire européen aux Transports, qui a porté le bébé sur les fonds baptismaux. Autrement dit, la reculade du gouvernement français était motivée par la quasi certitude que la mesure reviendrait par la voie européenne. Pas de quoi se foutre en rogne, c’est vrai !

Cette semaine encore, je me suis fendu d’un courrier au service des eaux de Bédarrides (la SDEI, filiale de la Lyonnaise, sauf erreur). C’est beaux messieurs ont fait des travaux dans le quartier. Ils creusent un trou maousse costaud dans la chaussée et, une fois terminé, rebouchent au tout-venant et s’en vont. Résultat, l’emplacement se transforme en ornière depuis trois semaines et les gravillons se répandent sur la chaussée (en pente). Petit détail, le trou a été creusé à 3 mètres du début d’une rue où 2 voitures se croisent de justesse. En général, même, mes voisins caisseux y prennent leurs aises et toute la place. Il n’est visible qu’au dernier moment pour qui l’emprunte dans le sens "entrant". Pensez-vous qu’il soit balisé, annoncé ? Vous rêvez ! Il n’est même pas venu à l’esprit d’aucun des responsables du chantier que, pour un 2-roues, cette ornière pouvait l’envoyer au tas ! Et il n’y aurait aucune raison de se mettre en colère ?

Des exemples comme ceux-là, il y en aurait à foison, hélas ! Si la FFMC contribue de façon citoyenne à faire évoluer les mentalités en prenant part à toutes les instances où la sécurité des conducteurs de 2-roues motorisés (et au-delà, de tous) est discutée, force est de constater que ce ne sont pas seulement les comportements des motards qu’il faut faire évoluer mais bien aussi ceux des décideurs, politiques ou techniciens. Et là, croyez-moi, il reste une sacré marge de progrès tant on rencontre de gens équipés d’œillères !

Il n’empêche que depuis 28 ans, la FFMC et son Mouvement ont démontré que leur démarche était bien plus constructive et prolifique que certains ne veulent l’admettre : Assurance (Mutuelle des Motards), formation (AFDM), loisirs (FFMC-Loisirs), éducation des jeunes (ERJ2RM), assistance juridique, information (Moto Magazine, Starter’), etc. Peu d’organisations peuvent se flatter d’un tel bilan qui illustre le positionnement citoyen de son action.

Alors, oui, la FFMC est une organisation citoyenne et elle le revendique haut et fort. Mais non, décidément, les motards et autres conducteurs de 2-roues motorisés n’ont vraiment aucune raison de ne plus être en colère, même si celle-ci est bien sage et même si certains d’entre eux ne veulent pas l’assumer. Et même si cette colère se conjugue avec Citoyenneté.

s SPIP | thème par ydikoi | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0