Accueil > Blogue > Non au motard d’élevage®

[Blogue] Non au motard d’élevage®

mercredi 15 septembre 2010

Ce « slogan » provient en droite ligne du site Motorhino.com qui, hormis son forum, semble plutôt inactif depuis plus d’un an. D’où le « ® » du titre afin de rendre à Jules ce qui appartient à César.

Le site en question est celui d’une association éponyme qui, pour ce que j’en sais, s’est constituée autour de l’idée d’engager des équipes dans le « Dark Dog Moto Tour », il y a quelques années et qui l’a effectivement fait. Mais c’est aussi un de ces forums de motards dont l’un des dénominateurs communs est un humour acéré et potache — comme c’est souvent le cas chez les motards que je connais — et, en tout cas chez l’un de ses principaux animateurs qui signe « Klink », une vision de la société en général dont je me sens très proche.

JPEG - 12.4 ko
Motorhino

Inutile de dire que j’ai acheté le T-shirt vendu par ces sauvages et que je le porte assez fréquemment ce qui fait toujours son effet.

Le « motard d’élevage » dont au sujet duquel il est question chez Motorhino, serait, selon l’acception maison, le pilote d’usine par opposition à la foule des amateurs qui peinent à préparer une machine en vue du Moto-Tour ou les adeptes des motos de grandes séries, le plus souvent pleines de plastique — comme le dit une autre de mes références, le dessinateur Marc Bertrand, journaliste à Moto Magazine et Chargé de Mission Sécurité Routière au sein du secrétariat national de la FFMC — par opposition aux amateurs de bécanes au caractère prononcé, vieilles gimbardes de récup’ ou mises au goût exclusif de leur proprio. C’est du moins ce que j’ai compris au travers de mes quelques visites et je ne garantis rien. Si Klink passe par ici, il se fera certainement un plaisir de rectifier. Marc Bertrand - Mondial du 2-roues 2007

Évidemment, de ce point de vue, je suis un motard d’élevage. Ma bécane est bel et bien une moto de série sans l’ombre d’une modification, hormis les autocollants dont je l’ai décorée, et pleine de plastique. Je pense même qu’il serait difficile d’en mettre plus. Ce ne serait vraiment pas raisonnable ! Malgré tout, comme je garde une vieille nostalgie de ma bonne Moto Guzzi 1000 California III (à injection) et qu’il me prend souvent le désir d’en acquérir une autre, je considère avec fierté que je n’ai pas que des goûts de chiottes même si ma BMW R1200RT ne saurait entrer dans la catégorie des motos sans intérêt. Elle est même sublime, ma Brunehilde !

Mais revenons à notre slogan.

Personnellement, je l’ai fait mien en droite ligne de mon engagement dans le Mouvement FFMC. En effet, être motard est souvent perçu comme un anachronisme dans une société où la sécurité est portée au pinacle. Faire de la moto est loin d’être sans risque, on le sait, et le discours de la DSCR [1], de ce point de vue, est ultra-formaté et fort explicite. En un sens, il est aussi le reflet d’une société qui peine à comprendre que l’on puisse accepter de mettre sa vie en danger au seul motif d’une passion ou par pragmatisme (déjouer les difficultés de déplacement urbain, par exemple) alors que, par opposition, la voiture est autrement plus sécurisante et confortable.

Si l’on ajoute à cela l’image d’une « communauté » à l’instinct grégaire prononcé [2], dotée d’un esprit de dérision et d’auto-dérision souvent affûté, qui défend becs et ongles la pratique de la moto — au besoin en descendant bruyamment dans la rue — et dont les codes restent le plus souvent obscurs pour les non-initiés, on a là tous les ingrédients pour faire des motards des sortes d’extra-terrestres auxquels s’attachent nombres de fantasmes dont beaucoup ont la vie dure et sont totalement injustifiés.

J’en veux pour preuve les récentes déclarations d’Hortefeux [3] promettant une répression accrue pour les utilisateurs de 2-roues motorisés, rendus responsables par la DSCR, encore elle, de la stagnation du nombre des tués sur la route en 2009. Parce que, pour ce beau monde, si les motards se tuent, c’est parce qu’ils aiment prendre des risques et ne respectent rien, surtout pas les règles. Bref, s’ils se tuent, c’est qu’ils le cherchent. Un peu comme si, chaque motard, chaque fois qu’il enfourche sa bécane, avait pour unique objectif, non pas d’arriver à destination, et surtout entier, mais, au contraire, d’aller exploser les statistiques de la DSCR rien que pour faire chi.. madame Merli ! Ridicule, bien sûr.

Je ne reprendrai pas ici l’argumentaire de la FFMC qu’il est aisé de trouver sur son site.

Dans ce cadre militant, le motard d’élevage serait celui dont rêvent bon nombre de politiques et de technocrates : un individu qui roulerait sagement, vêtu d’un gilet jaune fluo, en rasant le bas-côté sur une machine poussive tout juste capable de descendre une côte. Mieux : le motard idéal s’éclaterait sur des motos virtuelles devant sa console de jeux vidéo mais ne roulerait sur les routes que dans des boites à quatre roues.

Et bien, non ! Désolé. Je ne remiserai ma moto que le jour où je serai devenu incapable de la conduire. D’ici là, je revendique le droit de rouler aussi souvent qu’il me plaît. J’exige que l’on fasse confiance à mon discernement et à ma raison pour prendre soin de ma vie et de celle des autres usagers en conduisant non pas dans un strict respect de règles qui peuvent parfois me mettre en danger mais en adaptant ma conduite aux circonstances et à l’environnement, les yeux sur la route plutôt que sur le compteur de vitesse. Je veux qu’on accorde foi à mon intelligence et à mon souci de l’autre.

Et tant qu’il se trouvera des élus et des hauts fonctionnaires pour vouloir m’enfermer dans leurs élevages en batterie pour citoyens conformes et amorphes, je me battrai pour être un motard au grand air et en liberté.

Et pis, c’est tout !

Notes

[1Direction de la Sécurité et de la Circulation Routières

[2Il suffit pour s’en convaincre de compter le nombre de moto-clubs plus ou moins formalisés et les concentrations, bourses d’échange, puces et autres réunions motardes organisées régulièrement de par le pays.

[313 août 2010

Vos commentaires

  • Guillaume
    Le 15/09/10

    Salut Marco,

    Désolé, je lis, mais je prends pas le temps de déposer des commentaires, et pourtant, j’en aurais...

    Là... Je le prends le temps...

    1. Marc Bertrand, journaliste à MMag ? Je le croyais salarié de la FFMC ... j’avoue, je me fais plaisir !

    2. Pour moi, le motard d’élevage, c’est surtout le motard qui ne s’informe pas, qui gobe le discours formaté du vendeur de la concess du coin, tout en pensant naïvement qu’en lui serrant la main une fois tous les mois, et en le tutuoyant, c’est un "pote qui lui vend une moto et non un vendeur de matériel"... C’est aussi celui qui se laisse convaincre que les stages de conduite en école pour avoir le permis sont bons parce que le copain de la soeur du concierge l’a passé là et qu’il l’a eu du premier coup pour 23 heures de cours. C’est aussi celui qui roule en chasuble jaune tout le temps parce que "il faut se faire voir des voitures hein ! Une fois, y’en a une qui m’a coupé la route, j’ai failli mourir". Dois je continuer ?

    Je ne sais pas si ta bécane fait de toi, selon les copains du rhino, un motard d’élevage, mais je sais qui si les motards te ressemblaient un peu plus, la communauté n’aurait pas de mourron à se faire.

    Grand V

  • Guillaume
    Le 15/09/10

    Salut Marco,

    Désolé, je lis, mais je prends pas le temps de déposer des commentaires, et pourtant, j’en aurais...

    Là... Je le prends le temps...

    1. Marc Bertrand, journaliste à MMag ? Je le croyais salarié de la FFMC ... j’avoue, je me fais plaisir !

    2. Pour moi, le motard d’élevage, c’est surtout le motard qui ne s’informe pas, qui gobe le discours formaté du vendeur de la concess du coin, tout en pensant naïvement qu’en lui serrant la main une fois tous les mois, et en le tutuoyant, c’est un "pote qui lui vend une moto et non un vendeur de matériel"... C’est aussi celui qui se laisse convaincre que les stages de conduite en école pour avoir le permis sont bons parce que le copain de la soeur du concierge l’a passé là et qu’il l’a eu du premier coup pour 23 heures de cours. C’est aussi celui qui roule en chasuble jaune tout le temps parce que "il faut se faire voir des voitures hein ! Une fois, y’en a une qui m’a coupé la route, j’ai failli mourir". Dois je continuer ?

    Je ne sais pas si ta bécane fait de toi, selon les copains du rhino, un motard d’élevage, mais je sais qui si les motards te ressemblaient un peu plus, la communauté n’aurait pas de mourron à se faire.

    Grand V

  • @Ficanas84
    Le 16/09/10

    @Guillaume :

    1 - Il l’est aussi. Correction faite. Mais, en l’occurrence, c’est plus en sa qualité de motard-dessinateur que je le citais ici. Chenapan !

    2 - Oui, ça aussi, évidemment. Je pense d’ailleurs que la liste des critères définissant les contours du motard d’élevage est très très longue...

    En tout cas, merci d’avoir pris le temps. Cette fois. Y en aura d’autres, j’espère. Remarque : je fais pareil.

  • Rouquette
    Le 16/09/10

    T’en as un bel avatar ! :-)))

    Je ne pense pas que le motard d’élevage ait de l’avenir ou en tout cas, il défie les lois habituelles de l’enfermement : il persiste à se reproduire, même en captivité. Y en a de plus en plus des deux roues alors que l’espèce devrait s’éteindre tout doucement, non ?

  • @Ficanas84
    Le 16/09/10

    @Rouquette :

    Sans doute et c’est heureux. Ça prouve que les clichés savamment entretenus ne pèsent pas lourd face aux contraintes de la vie quotidienne et, certainement aussi, au besoin d’oxygène.

  • Nice
    Le 18/09/10

    Tu réinventes ce qui existe déjà : le code de la route exige que l’on adapte sa vitesse aux circonstances ! Maintenant, si tu juges que les limitations sont inadaptées, c’est autre chose ... Seulement c’est la loi... Et comme tout le monde n’est pas raisonnable comme toi, il faut des lois pour vivre dans une société civilisée où ne règne pas la loi du plus fort. Parce que sinon, chacun peut s’estimer en droit d’enfreindre la loi parce qu’il est plus raisonnable que les autres, plus intelligent que les autres, plus ceci, cela...
    Quant à l’image que tu donnes de la communauté motarde, oui mais seulement en partie. Je crois que tu en as une vision un peu naïve et idyllique... Tu connais mieux que moi le nombre d’adhérents à la FFMC...
    Quant au côté grégaire, permets moi de ne pas y voir forcément une qualité...

  • @Ficanas84
    Le 20/09/10

    @Nice : Je connais effectivement le nombre des adhérents de la FFMC. Il est en augmentation régulière. J’y vois la conséquence du discours que nous tenons depuis trente ans, refusant les clichés et la stigmatisation mais appelant aussi à la prise de conscience et au partage de la route, bref à la responsabilité.

    Mon billet n’avait pas pour but de plaider pour la transgression des règles mais pour leur application intelligente. Il n’avait pas pour dessein de critiquer le Code de la Route, encore que là aussi, il y aurait beaucoup à dire, ne serait-ce qu’en raison de ses carences quant à la prise en compte des 2-RM. Ni de dénoncer les limitations de vitesses, bien que ce point ne soit pas forcément exempt de critiques. Non, je parlais simplement du discours de la DSCR et de nombres d’élus ou de hauts fonctionnaires, toujours le même depuis trente ans, qui ne cessent de stigmatiser les motards et véhiculent toujours les mêmes images d’Epinal sur leur irresponsabilité supposée. Je m’inscris en faux contre ces clichés. Et si j’admets que tout n’est pas idyllique, je crois fermement qu’il y a bien mieux à faire pour améliorer les choses que chercher des têtes de Turc, toujours les mêmes, ou à vouloir évincer les 2-RM du paysage.

    Quant à la communauté motarde, tu noteras que j’ai mis le terme entre guillemets. Elle est avant tout à mes yeux un ensemble de personnes qui, ayant choisi le même genre de véhicules, sont confrontées aux mêmes problématiques. Parmi elles, certaines en font une manière de vivre et seulement cela, d’autres essaient d’améliorer les choses, pas assez à mon goût, d’autres n’en ont rien à foutre, beaucoup trop. Une communauté qui reflète à bien des égards celle des citoyens de ce pays, voire d’Europe, mais sur laquelle se fixent nombre de fantasmes et qui suscite malgré tout la curiosité. Rien de plus.

    Non, mon billet voulait dénoncer un certain conformisme qui, d’ailleurs, pourrait s’appliquer à bien d’autres cas dans notre société. Je le dénonce souvent ici. Cette fois-ci, je voulais parler de moto car c’est certainement en tant que motard que je le ressens personnellement de la manière la plus aigüe quotidiennement.

    Vala vala

  • Nice
    Le 20/09/10

    Il serait intéressant de connaître avec précision le nombre exact d’adhérents pour chaque année depuis la naissance de la FFMC. J’ai quelques doutes sur le fait qu’il soit en progression régulière depuis 30 ans... Il me semble que le mouvement a connu une passe difficile il n’y a pas si longtemps, non ? Et si je me réjouis que le nombre d’adhérents soit désormais à la hausse, je constate qu’il reste quand même très faible par rapport au nombre total de motards (et "scootéristes"). Quant au pourquoi, c’est une vaste question...
    Comment ne pas souscrire au principe d’une application intelligente des règles ! J’ai bien lu tes précisions et partage ton point de vue. Malheureusement, sous couvert d’application intelligente des règles, certains voient surtout le droit qu’ils s’arrogent de se placer au-dessus des règles (il suffit de faire un tour sur le forum de MM pour le constater)...
    Enfin, tu as raison : non au conformisme ! C’est d’ailleurs l’une des raisons qui m’ont valu de dénoncer sur le forum de MM le partenariat entre les Editions de la FFMC et Carrefour (outre des raisons éthiques qui me semblent assez évidentes quand on se targue de relever de l’économie sociale et solidaire). Qui impose l’uniformisation des produits de nos terroirs si ce n’est les quelques "épiciers" qui bénéficient aujourd’hui du quasi monopole de la distribution ?
    Enfin, tu as raison, non au motard d’élevage. Mais attention, cela vaut aussi pour le conformisme de l’anti-conformisme, souvent de mise chez certains motards. Je préfère les bonnes tables aux rades crasseux, je préfère visiter le Louvre que m’extasier devant un "rats", je n’ai aucun goût pour les ambiances enfumées et les nuits passées à refaire le monde une mousse à la main, je m’exprime dans un français aussi correct que possible et cela n’empêche en rien que je n’aimerais pas non plus qu’on m’impose un gilet fluo et je trouverai toujours une H2 plus belle qu’une Ninja !
    Alors non au motard d’élevage quel que soit le fermier...

  • @Ficanas84
    Le 20/09/10

    @Nice : Laissons de côté ce fameux débat sur le nombre d’adhérents rapporté au nombre de motards. Non pas qu’il ne soit pas sans importance, loin de là, mais parce que nous n’aurions pas assez de ces quelques instants pour en parler. Mais je me tiens à ta disposition pour le faire, bien sûr. La seule chose que je puis dire, et qui d’ailleurs va dans ton sens, est qu’il est notoirement insuffisant, hélas.

    Je ne suis pas d’accord, tu t’en doutes, pour ramener l’image générale des motards au comportement de certains d’entre eux. Et je ne me battrai pas la coulpe sous prétexte que certains abrutis entachent cette image. Je note d’ailleurs que celle-ci est loin d’être aussi péjorative que nous le craignons ou que veut le faire accroire la DSCR. C’est peut-être dû au fait que les motards sont, dans le fond, aussi divers que peuvent l’être nos concitoyens et qu’ils couvrent toutes les catégories socio-professionnelles. Et comme je ne prétends pas que le motard soit un être humain différent des autres, je pense qu’il a hérité pareillement des mêmes doses d’intelligence ou de connerie, ce qui, je l’admets volontiers, couvre une vaste gamme de possibilités. Mais je me garderai de jeter la pierre à qui que ce soit. L’infaillibilité et la perfection n’étant pas de ce monde, nous avons tous notre part de responsabilité. Le tout est d’avoir suffisamment de modestie pour prendre conscience de nos insuffisances. Et cela vaut même pour d’autres sujets que la moto.

    Je me suis fait la même réflexion sur le "conformisme du non-conformisme". Là encore, vaste débat. Tout dépend de quoi découle la non-conformité : d’une volonté de se démarquer pour exister et être reconnu (en mal ou en bien) ou simplement d’un trait de personnalité, d’un choix intime qui correspond à une conception de la vie. Il paraît que quoi qu’on fasse contre ça, on appartient toujours à un groupe bien défini. On est forcément conforme à une référence. Disons alors que je veux pouvoir choisir la mienne sans me préoccuper de l’avis majoritaire. Ce qui ne signifie pas que je sois asocial ou marginal.

    Pour le reste, on est totalement en phase : bonne chère, belles œuvres et belles motos. J’ajouterai : quelques bonnes soirées avec des amis chers et le monde sera presque conforme à l’idée que je m’en fais ;o)

    @pel2far

  • ?
    Le 21/09/10

    Je crois que ce serait en effet l’objet d’un long (et intéressant) débat dans lequel interviendraient à la fois raisons externes et causes internes. Mais laissons le de côté.
    Pour le reste, il faut évidemment dénoncer les amalgames consistant à généraliser le comportement de quelques uns à toute une catégorie d’usagers de la route. Et si personne n’est infaillible au volant comme au guidon, si nous pouvons tous commettre des erreurs, j’estime qu’il convient néanmoins de dénoncer sans le moindre état d’âme certains comportements qui ne relèvent plus de l’erreur mais d’un choix délibéré de se placer au-dessus des lois : désolé mais par exemple rouler sur une autoroute à 300 km/h n’est en rien excusable, pour reprendre le sujet d’une récente brève publiée sur motomag.com. Et je regrette en substance que l’auteur de la dite brève (par ailleurs directeur des rédactions des éditions de la FFMC) n’ait pas osé (ou voulu) dénoncer ce comportement tandis que quelques jours après un journaliste de sa rédaction tombait à boulets rouges sur Sebastien Loeb pour la photo de couv’ de l’Equipe.
    Enfin, je ne suis pas sûr que nous correspondions tous à un groupe bien défini, n’en déplaise aux colleurs d’étiquettes comme j’en ai parfois croisés de gratinés au sein des Motards en Colère (ce qui ne m’a d’ailleurs jamais empêché de passer outre et d’essayer de relayer modestement la plupart des idées défendues par la FFMC ... ). Ainsi, je revendique le droit d’avoir parfois certaines contradictions. Et ce n’est pas là le moindre de mes défauts d’ailleurs...
    Allez, il est temps maintenant d’aller faire un pied de nez à ceux qui voudraient aussi régir le contenu de nos assiettes et de nos verres.
    Bonne soirée

Blogue | Suivre la vie du site RSS 2.0