3 janvier 2014

  • [Blogue] Les messagers de la haine ordinaire

    Je suis parfois très étonné par la crédulité de personnes de mon entourage, notamment en ce qui concerne certaines « informations » circulant sur les réseaux sociaux. Ce sont pourtant des gens réfléchis, tout à fait capables d’analyser une situation afin de prendre des décisions pertinentes et qui, d’ordinaire, exerceraient leur sens critique avant que de s’approprier une information et de la relayer.
    Bizarrement, Internet semble abolir cette réserve salutaire et de bon aloi qui, « dans la vraie vie », est censée nous éviter de prendre des vessies pour des lanternes, sans y parvenir systématiquement, certes, mais suffisamment pour ne pas passer pour un plomb.

    Il est vrai que ce sont souvent des informations qui touchent à notre sensibilité face à ce que nous percevons comme des injustices ou des atteintes à la dignité humaine. Alors, notre sang ne fait qu’un tour et on s’indigne avant même de nous être interrogés sur la réalité de ce qu’on nous sert comme une vérité. Le plus souvent d’ailleurs, ces informations nous parviennent par des connaissances qui ont réagi comme nous après les avoir reçues de la même manière. Alors, notre méfiance naturelle n’est plus en alerte puisqu’il s’agit d’amis ou de gens que nous connaissons pour ne pas s’en laisser compter si facilement.

    Je trouve que ce genre de situation a malheureusement tendance à se multiplier et, le plus souvent, autour de faits de société qui impliquent l’attitude réelle ou supposée de la Justice face à des actes extrêmement graves qui nous choquent et nous écœurent. Et là, il faut dire que certains se sont fait une spécialité de dénigrer la Justice en jouant de l’ignorance de la plupart d’entre nous face à ses mécanismes, son jargon et aussi face à la loi que nul n’est censé ignorer mais que nous méconnaissons tous dans les grandes largeurs. A tel point que chacun s’en fait l’idée qui lui convient et ne voit les arrêts de justice qu’au travers de son prisme personnel. Et ce ne sont pas les journalistes, même lorsqu’ils sont estampillés « spécialisés », qui nous éclaireront alors que c’est en principe leur fonction.
    Alors, je frémis lorsque je lis certains commentaires, prétendument frappés au point du bon sens, réclamant une plus grande sévérité de la justice, bien sûr, et la mise en pièce des droits de la défense qui, paraît-il, bafouent ceux des victimes. Il est heureux que certaines affaires sordides de ces dernières années n’aient pas été jugées par les « jurys populaires » de Facebook ou de Tweeter. Il y aurait certainement du sang partout et des morceaux de corps humains virtuellement éparpillés façon puzzle, selon l’expression devenue légendaire. Quant à la Justice...

    Le dernier exemple en date est celui d’un arrêt de la Cour de Cassation italienne relaté dans un article d’Il Quotidiano della Calabria le 7 décembre 2013 dont voici la traduction approximative :

    CATANZARO - Lui 60 ans et elle 11 ans. Lui est un employé des services sociaux de la commune de Catanzaro, elle, l’enfant d’une famille en déshérence. La maman l’avait confiée à ses soins et il l’avait prise dans ses bras. Mais quand les policiers avaient fait irruption dans sa maison au bord de la mer, ses bras la serraient sous les draps de son lit, tous deux nus. Mais aussi amoureux, écrivent aujourd’hui les juges de la Cour de Cassation, entre les lignes d’un arrêt qui ne manquera pas de faire jaser, en voyant une circonstance atténuante justifiant le consentement de la victime aux rapports sexuels avec l’accusé. La condamnation à 5 ans de réclusion, pourtant par deux fois déjà infligées à Pietro Lamberti, est cassée et celui-ci est renvoyé une nouvelle fois devant la Cour d’appel de Catanzaro pour les mêmes faits. Qu’en ressortira-t-il vraiment, de cette villa transformée en alcôve pour un amour interdit, fait de coups de téléphone quotidiens et de rencontres à toutes les heures ?

    « Mais tu m’aimes ? », lui demandait romantiquement la fillette. Et lui tentait vainement de la tranquiliser pour se laisser aller à des commentaires érotiques. Jusqu’à ce que la peur d’une grossesse l’aurait fait arrêter. Alors la peur avait remplacé la séduction comme il ressort de quelques-unes des centaines de dépositions récoltées par les policiers. Elle lui faisait une sonnerie quand elle se trouvait seule à la maison et lui la rappelait sur son portable, exception faite pour le weekend. « Ne m’appelle pas samedi et dimanche car je suis en famille », l’avertissait-il. Et elle obéissait. Comme ce matin ensoleillé du 22 juin, il y a trois ans, au moment de mettre la jupe pour pouvoir « le rencontrer » dans la voiture car revenir à la maison de Roccelletta aurait été trop risqué. « Son homme » lui aurait confié que depuis quelques temps il se sentait épié par sa mère, au point de recommander continuellement à la fillette de ne parler avec personne et de ne pas raconter ce qui se passait dans la maison de Roccelletta, « car ceci est un secret que nous devrons emporter dans la tombe. » Mais, finalement, le secret fut découvert. Et Lamberti est tombé directement dans les filets des policiers qui, après avoir eu connaissance de la rencontre, l’avaient suivi et surpris en flagrance.

    Il est certain que la lecture d’un tel article est de nature à donner la nausée et c’est exactement ce qui s’est passé. Mais l’itinéraire de cette information est assez curieux et mérite de s’y arrêter un instant car je le trouve très significatif de la tendance dont je parle.
    Elle est d’abord reprise en termes presque identiques dans un billet du blogue Ladyblitz (en italien), le 8 décembre et sans aucune remise en cause. Puis, le 27 décembre, elle est publiée sur le site français Media-Presse-Info qui, se définissant comme le chantre de « l’info sans concession », se permet de rajouter sa petite couche maison pour le cas où le côté sordide de l’histoire serait trop peu perceptible. Mais toujours pas de remise en question de l’interprétation de l’information de base. Enfin, le 29 décembre, c’est le site Egalité et réconciliation qui ajoute sa petite contribution à l’histoire, sans doute pour souligner, comme l’impose sa marque de fabrique, la Justice sans morale de ce siècle de décadence. Bien entendu, la démonstration, aussi lapidaire qu’elle est, est incompatible avec une recherche même succincte d’une interprétation différente.

    Commence alors la petite « tournée des amis » avec sa succession de « partages » et de commentaires outrés.

    Entretemps, en Italie, le 14 décembre (soit 7 jours après l’article du Quotidiano della Calabria), le site Golem Informazione publie l’interview de la criminologue Luana de Vita qui apporte un éclairage singulièrement différent sur cet histoire. En réalité, la Cour de Cassation italienne n’a aucunement statué sur la réalité du délit (ce qui n’est d’ailleurs pas son rôle) mais sur l’absence ou l’insuffisance de motivation du refus, par la cour d’appel, des circonstances atténuantes demandées par la défense, parmi lesquelles l’invocation du sentiment amoureux prêté à la victime pour son agresseur qui minorerait sa faute, en excluant toute contrainte ou violence, ce que réfutent les juges du fond, et aussi la proposition d’une indemnité de 40.000 €, jugée incongrue par la cour d’appel, sans que ces mêmes juges ne précisent quel montant serait plus acceptable ni n’ordonnent d’expertise médico-psychiatrique de la victime afin d’évaluer le préjudice subi. Des aspects purement techniques, donc.

    C’était donc ça ! On est loin du psychodrame joué par le quotidien calabrais et les sites conspirationnistes français. Finalement, le Nouvel Obs (Rue 89) dans sa rubrique « Le démonte-rumeur », publiera le 31 décembre l’un des seuls articles français allant dans le sens de la vérité juridique. Sur le forum du site Hoaxbuster.com, des contributeurs s’interrogeaient quant à eux sur cette affaire qui semblait prendre de l’ampleur, essentiellement en France, sans émouvoir l’Italie plus que ça.

    Car c’est là l’un des aspects remarquables de toute cette histoire : les divers moteurs de recherche ramènent tous à ces mêmes articles signalés plus haut mais à aucun des grands journaux italiens (Il Corriere della sera, La Stampa, La Reppublica, L’Unità, pour ne citer que ceux-là) comme si ces derniers se désintéressaient totalement d’une affaire de pédophilie provinciale. A moins, bien sûr, qu’ils ne trempent jusqu’au cou dans la conspiration de la décadence morale. On n’est jamais sûrs de rien, c’est sûr ! A moins que ces journalistes-là aient simplement fait correctement leur boulot et constaté qu’il n’y avait pas là de quoi fouetter un chat.

    Car enfin, on peut comprendre que le commun des mortels réagisse aux informations qu’on lui donne avec sa sensibilité, sans remettre en cause leur véracité ni les vérifier. Après tout, ces informations sont censées avoir été analysées par des journalistes dont c’est le métier. Évidemment, je me place ici dans un contexte carrément idéal où les journalistes et les journaux qui les emploient s’enorgueillissent de délivrer des informations fiables et étayées, gages de leur crédibilité. Malheureusement, il semble que la rigueur et la compétence ne soient pas les qualités les mieux partagées dans une certaine presse. Car, sinon, comment expliquer que des sites qui prétendent être des références de « l’info sans concession » ne se donnent même pas la peine de rechercher des compléments possibles à l’information qu’ils se proposent de diffuser afin de la recouper, comme on dit. Il m’a fallu moins de 2 heures pour trouver les articles expliquant réellement le sens de l’arrêt. Du boulot d’amateur, en somme. Et je n’ai fait cela que parce que les affirmations initiales me semblaient fantaisistes. Il faut dire que j’apprends aussi beaucoup sur la Justice en lisant Maître Eolas...

    Dans le cas présent, si l’article du journaliste du Quotidiano della Calabria peut être imputé à son incompétence en matière juridique, sa reprise par les 2 sites français n’est évidemment pas fortuite. Non pas que l’incompétence ne puisse ici être invoquée, au contraire elle est même plus que probable et pas seulement en terme de Droit. Mais on a davantage à faire avec une volonté politique visant à instiller l’idée que la Justice est laxiste, qu’elle méprise la victime et protège la racaille et que si la loi ne punit pas suffisamment, il reste une justice populaire, sans doute la vraie, qui coupe les cous et les couilles sans s’attarder en vaines discussions, toujours un peu pénibles.

    Il ne faut pas négliger le pouvoir de nuisance de ces gens qui véhiculent aussi des idées assez éloignées des valeurs de notre République. Car, même après que l’on a rétabli la vérité, il reste des gens pour se dire scandalisés par l’information initiale et fausse. Voir les commentaires sur Rue89. Comme s’il était finalement plus simple de croire... ce que l’on souhaite croire. Il faut dire aussi que, comme il est fréquent dans de nombreux cas similaires, argumenter pour expliquer est forcément plus long et complexe que jeter des anathèmes, surtout lorsque ceux-ci s’appuient sur des préjugés. Qui prendra la peine de lire un long article développant un raisonnement logique et documenté alors que le ragot ne couvre pas plus de 10 lignes ?
    Pour autant, il ne faut rien lâcher et ne pas céder un pouce à ces entreprises de mensonges grotesques et nuisibles.

  • 23 décembre 2013

  • [Blogue] Sauvons nos pauvres !

    Non au FhaiNe !

    On ne va pas se raconter d’histoires : être pauvre aujourd’hui en France n’est pas la situation inacceptable et indigne d’un pays riche comme le nôtre que certains se complaisent à dénoncer pour nous dénigrer. En effet, une bonne part de nos compatriotes a pris conscience de ce qui aurait pu devenir une succession de drames et a décidé d’agir avec vigueur.

    Ces braves gens ont su identifier les vraies causes de ce scandale humain comme le résume ce dessin qui dénonce l’anomalie avec une subtilité et une clairvoyance rarement égalées :

    JPEG - 122.3 ko
    Etrangers contre SDF ?

    Parlons clair : contrairement à la propagande qu’une certaine gauche extrême et droitdelhommiste (suivez mon regard) tente de faire accroire afin de polluer les esprits faibles trop prompts à s’indigner contre les soi-disant méfaits d’un capitalisme prétendument sauvage — alors qu’il est reconnu par les gens bien éduqués pour être une loi naturelle dans l’ordre divin que nous impose le Ciel — la pauvreté et l’exclusion n’ont qu’une seule cause : la trop grande générosité de notre système de solidarité sociale qui attire comme un aimant des étrangers douteux dont le sort est souvent bien meilleur que celui de nos pauvres à nous — car ces gens, dans leurs pays d’origine, savent se contenter de très peu, parfois simplement de bananes ! — mais qui ne rêvent que de s’enrichir facilement sur le dos du généreux peuple français. C’est dire leur perversité, hélas !

    Pour les aspects plus techniques, on lira avec profit cet excellent billet de Rosaelle...

    Si encore ces usurpateurs nous en savaient gré. Mais même pas : ils nous narguent en osant exiger des droits, leurs droits — un comble ! — soutenus en cela par de mauvais Français, suppôts de l’anti-France. Car, nous autres, nous aimons que le pauvre sache se tenir à sa place. D’abord qu’il s’adresse à nous avec déférence et respect — voire, si possible, qu’il s’en abstienne — et garde les yeux baissés dans une posture traduisant sa reconnaissance éperdue.

    C’est une certaine Roxane qui m’ouvrit les yeux un jour sur cette juste cause, dans un de ces échanges d’une haute tenue auxquels les amitiés « fessebouquiennes » sont propices. La petite dame se réjouissait de la mort de ce jeune délinquant niçois tué d’une balle dans le dos par le bijoutier qu’il venait de molester pour le dévaliser. La raison de ce bonheur ? C’est que, ainsi, l’État pouvait économiser l’entretien de cette racaille puisqu’il n’ira pas en prison et que cet argent pourrait servir à aider nos SDF. Imparable puisque mathématique ! Il faut dire aussi que ce jeune homme n’était pas vraiment Français puisque d’origine maghrébine et pour tout dire algérienne ou tunisienne. Force était donc à la gazelle de reconnaître que, « sans être raciste » (cela va sans dire), tous ces étrangers délinquants ça finissait par coûter cher et que cet argent serait bien mieux utilisé s’il servait à aider les vrais Français dans le besoin et, de surcroît, honnêtes. Sans compter que ces gens concurrencent nos pauvres à nous également sur le marché des allocations diverses et variées que notre beau et grand pays a créées pour alléger nos difficultés.

    Une Valérie de passage dans la discussion nous fit alors part de sa propre expérience, grandement édifiante, jugez-en : pendant longtemps elle a cru qu’il était possible d’aider ces étrangers à s’intégrer à notre civilisation avant de s’apercevoir que c’était peine perdue car ils ne disent jamais merci et quand ils se marient (entre eux, forcément), ils ne peuvent pas s’empêcher de sortir les drapeaux de leur pays tandis que la mairie ne fait rien pour l’interdire. C’est vrai que ça fait peur et j’en étais tout retourné, vous pensez bien ! Comment peut-on tolérer une telle ingratitude ?

    Titi et quelques autres abondaient, eux aussi, dans ce sens, rappelant non sans à propos que nous subissions une véritable invasion de clandestins pour lesquels l’État, notre État, notre République, était aux petits soins tandis qu’il laissait crever nos malheureux compatriotes frappés par l’adversité, souvent d’ailleurs à cause de ces mêmes étrangers qui viennent leur voler le travail, le pain et les allocations de chômage. Un vrai scandale.

    En fait, pendant un temps, jamais je n’ai croisé autant de gens aussi soucieux des exclus, des SDF, des clodos. Comme quoi, le peuple français n’est pas ce monstre d’égoïsme que certains se plaisent à calomnier au motif que son seul souci serait la sortie imminente du prochain « aïefone » ou de la dernière « péessecate. » Au contraire, voilà plein de gens prêts à s’engager pour lutter contre la pauvreté et ses effets délétères sur notre brillante civilisation qui surclasse en cela toutes les autres et de loin, notamment l’africaine, pas assez entrée dans l’histoire, et la musulmane, trop arriérée. A se demander, par conséquent, pourquoi on aperçoit encore des mendiants dans nos rues ou à nos carrefours après un tel engouement ?

    C’est que, voyez-vous, c’est quand même pas facile de reconnaître un SDF français d’un pas français. Essayez, pour voir ! Bon d’accord, des fois on a des indices : un négro, par exemple, c’est pas vraiment un Français, enfin, je veux dire « de souche ». On est d’accord. Même Dieudonné et ses quenelles indigestes, c’est limite pour le prendre pour un gaulois. Mais alors, quand il est Blanc, le SDF, c’est pas gagné. Ça peut être un Slave, un Turc, un Libanais ou un Algérien aussi bien qu’un vrai Français. On peut pas savoir. Je vous dis pas la galère. La seule solution, c’est de lui parler mais, honnêtement, qui a envie de causer à des gens qui puent la vinasse et l’urine et sont juste capables de grommeler des injures infectes en guise de remerciements ? En plus, aucune reconnaissance. Y a quand même pas marqué Patrick Pelloux, là ! Non mais ! Sans compter qu’il y en a aussi que c’est des vrais taiseux. Comme des tombes, qu’ils sont. Impossible de leur arracher un mot sauf si on est patients et formés à la psychologie de ces populations extrêmement fragilisées.

    En fait, vous voulez que je vous dise ? Tous ces guignols qui se retranchent derrière l’infamie de l’exclusion, pour vomir leurs insanités xénophobes, n’ont jamais rien tenté pour venir en aide à qui que ce soit et surtout pas aux sans-logis, aux clodos. Parce que, s’il y a une chose qui n’a rien de facile, c’est justement d’approcher des gens qui ont autant de raisons de se méfier de notre bonté d’âme qu’ils inspirent eux-mêmes de répulsion à la plupart d’entre nous. Et puis, il faut être de sacrés salauds pour être capable de refuser à une personne en détresse, là, devant soi, un minimum d’aide, un minimum de réconfort ?

    Sûr que c’est plus facile de s’agiter derrière un écran et un clavier en éructant sa haine des autres et en se pâmant d’aise à l’écoute des anathèmes de la Marine, de sa nièce et de ses gars. Ça évite d’avoir à se poser trop de questions dont les réponses demandent un peu plus de réflexion et de considération pour les êtres humains.

    Car s’il s’agissait seulement des étrangers, en situation régulière ou irrégulière, peu importe, à qui, sous prétexte que le pays est en crise et « ne pourrait donc accueillir toute la misère du monde », dixit Jospin, nous ne devrions même plus tendre la main. Curieux prétexte pour un pays qui se targue toujours d’être la patrie des « Droits de l’Homme » et s’enorgueillit de la générosité de son histoire coloniale à l’égard des peuples ainsi civilisés gratuitement par lui comme le croit dur comme fer l’inculte nièce de la Marine quand elle parle d’apartheid. Ce qui lui vaut la cinglante réponse de Farida Bemba Nabourema sur son blogue. Non, il y a aussi les resquilleurs, ces escrocs bien de chez nous qui profitent sournoisement du système, soit qu’ils n’y ont pas droit, soit qu’ils en abusent. Assurément de bien plus dangereux individus que nos banquiers et certains de nos politiques qui nous truandent à grand coup de milliards.

    Comme cette vieille dame rencontrée en Avignon l’autre jour et qui voulait se rendre aux « Restos du Cœur » d’Orange pour y retirer un colis de Noël qu’elle avait déjà touché auprès de ceux d’Avignon. Pour en avoir deux, disait-elle d’un petit air espiègle et gourmand et sans la moindre gêne car, après tout, elle avait aussi vécu à Orange et avait toujours la preuve de son ancienne adresse.

    Ne sont-ils pas terriblement inquiétants, ces gens qui en prennent plus que ce qu’on voudrait leur donner ? Voyez le scandale ! Bien sûr, ce n’est sans doute pas brillant mais quoi ? Qui sommes-nous pour juger avec nos ventres pleins et nos préjugés de merde ? Gardons nos leçons de morale et donnons-leur les moyens de vivre décemment si nous ne voulons pas qu’ils agissent ainsi !
    C’est peut-être pour cette raison que la ville d’Orange et son maire, un ancien pote à la délicieuse Marine, ont décidé de sucrer une subvention de 1000 € à l’antenne orangeoise des Restos du Cœur trop soucieuse de l’anonymat de ses bénéficiaires et à qui la ville reproche de ne pas vérifier leur (insuffisance de) ressource. Tu parles d’un crime de lèse-majesté ! Il ne manquerait plus qu’il y ait des étrangers parmi ces crève-la-faim ! Et puis, pour 1000 €, faut-il aussi que l’on baise les pieds du grand homme ? 1000 € pour 728 familles : non, c’est trop, arrêtez, on va vous accuser de dilapider l’argent public !

    Alors, je ne me fais pas d’illusion. Ce blogue a une diffusion plus que confidentielle et ne risque pas d’entrainer une grande révolution chez ceux à qui ce billet est le plus destiné. Quand même, comme mon ami Francis l’a dit avant moi, il y en a marre des peigne-cul racistes qui se décomplexent à bon compte sur la toile en galvaudant les principes humanistes dans le respect desquels j’ai été éduqué.

    Non, messieurs-dames, nous ne partageons pas la même vision de la France et de l’Humanité. Vous ne serez toujours que des larves sans consistance, réjouies de vous vautrer dans la fange infecte de votre nationalisme imbécile et criminel et de vos haines étriquées. Et je serai toujours aux côtés de ceux qui vous combattront et vous écraseront sous leurs semelles.

    No pasaran !

  • Vos commentaires

    • LECOCQ Patrick
      Le 24/12/13

      Bravo pour le style, Il faut lire jusqu’au bout. Au début j’étais un peu révulsé vu par qui j’avais le lien. Cela ne pouvait être ses propos, je pensais donc qu’un certains pugilat verbal allait en ressortir. Mais la curiosité de voir jusqu’où on pouvait pousser l’ignominie, m’amena a bien lire tout le texte, à suivre les liens hypertextes et à me rendre compte qu’enfin de compte nous étions bien proches philosophiquement.

      Je ne sais guère manier ainsi la plume (malgré mon nom bien gaulois), aussi je vais me permettre de rediffuser ce texte comme l’a fait le même Francis.

      Merci

    • @Ficanas84
      Le 24/12/13

      Merci pour l’appréciation. C’était effectivement ma crainte en publiant ce texte qu’il ne soit reçu à l’inverse de son fond à cause de la première partie. J’aurais dû proposer de le livrer avec un seau pour ceux chez qui cette entrée en matière est cause de vomissements. Et puis pour ceux aussi qui éprouvent les mêmes nausées à cause de sa conclusion. C’est Noël, soyons humains !...

    30 novembre 2013

  • [Blogue] Le CNSR invente la journée nationale des victimes de la route : de l’audace, encore de l’audace !

    Ainsi donc, le Conseil National de la Sécurité Routière (dites CNSR, c’est plus chic), cette sorte de comité Théodule censé délivrer de puissants conseils, s’est réuni le 29 novembre (donc hier) et a décidé de proposer au gouvernement, ça :

    • Instaurer une journée nationale des victimes de la route le 22 février, qui sera un jour de commémoration des personnes et des familles dont le destin a, un jour, sur une route, brutalement basculé dans le drame. Cette journée permettra également de lancer des travaux pour faire progresser la prise en charge des victimes et de leurs familles.

    Sûr que ça a dû phosphorer dur pour y arriver. Je me demande même si on n’a pas frôlé la surchauffe voire la fusion du cœur du réacteur pour arriver à cette quintessence de la pensée sécuritaire. Avouez qu’il aurait été dommage de perdre tant de personnes indispensables dans un stupide accident, juste par manque de ventilation.

    Ici, disons-le tout net, on frise le grandiose, le génie, que dis-je ? le sublime. Les victimes de la route vont enfin avoir leur journée commémorative. Non mais vous réalisez ? Une journée rien qu’à elles, c’est hyper cool, ça ! Bien sûr, trouver une date n’a pas été si simple car des « Journée » de ceci ou de cela, il y en a en pagaille. A une époque où on aime se donner bonne conscience à peu de frais, il est de bon ton d’initier une petite journée qui en jette même si, dans le fond, tout le monde s’en tape.

    Nous avions déjà la journée sans voiture, l’autre sans tabac, celle de la courtoisie (un grand succès, paraît-il), une autre de l’Europe (passée totalement inaperçue, hélas heureusement !), celle de la Femme, bien sûr avec dans la foulée, celle de l’andouille de Vire ou du cassoulet de Castelnajac, la journée du Patrimoine, et patin et couffin. Avec un calendrier qui limite mesquinement le nombre annuel de journées à 365 voire 366 de temps à autres, c’est réellement un sacré exercice que d’en caser une nouvelle sans rien déranger.

    Les victimes de la route auront donc leur journée, coincée, si j’ai bien compris, entre la Journée du Topinambour et celle du Mimosa, en plein dans la période des carnavals, ce qui doit avoir sa signification, certainement.

    D’aucuns s’étonneront que la Toussaint ne suffise pas à honorer ces morts-là. C’est que d’abord la Toussaint (en fait, le 2 novembre, jour des morts) est estampillée « chrétienté » même si ce sont des païens qui en ont eu l’idée les premiers, il y a déjà un bail. Une République laïque ne peut évidemment pas se permettre une telle limitation religieuse. Et puis, franchement, créer une journée spéciale pour les victimes de la route, c’est bien dans l’air d’une époque où le premier blaireau et la première pétasse venus ne rêvent que de leur quart d’heure de gloire et ne craignent pas d’étaler l’insignifiance de leurs vies sur les chaînes de la TNT où la vulgarité la plus crasse le dispute à une empathie bien poisseuse. Il aurait été regrettable de se priver de la perspective de ces témoignages qu’on nous concoctera bien larmoyants à souhait et ourlés d’une morale au ras du bitume comme on l’aime chez les associations de victimes, LCVR en tête, où les rôles sont toujours très manichéens : fautif = chauffard, victime = innocent. Pas de demi-mesure, pas de nuance. Les bons morts d’un côté, les autres à la fosse commune.

    Le Point allait même jusqu’à titrer : le 11-novembre des victimes. Faut pas se gêner surtout ! Toujours cette surenchère dans l’exploitation de l’émotion qui finit par donner la nausée. Oser comparer la mort brutale sur la route, aussi douloureuse et injuste qu’elle puisse être pour les proches, à celle des soldats de cette guerre atroce, au sacrifice de ces hommes pour leur pays, notre pays et notre liberté, mais quelle infamie ! Quel manque de retenue et de discernement, quel manque de pudeur et de respect, quelle bêtise confondante ! Voilà où nous en serions, alors ? A reléguer le sacrifice suprême de nos grand-pères au rang de simple fait-divers ?

    J’entends déjà les gémissements d’horreur des oiseaux de malheur. Car oser ne pas se pâmer devant une idée aussi géniale, c’est forcément manquer de cœur, c’est obligatoirement mépriser ces victimes et leurs familles, c’est se ranger délibérément du côté des méchants, des chauffards. Hélas, je ne méprise personne hormis ceux qui, sous prétexte de défendre les victimes, ne font qu’exploiter leur douleur.

    Et qu’on ne me dise surtout pas que je ne suis pas concerné.

    Sinon, le CNSR a aussi décidé de proposer au gouvernement l’expérimentation de la circulation inter-files, c’est à dire une pratique que les motards expérimentent grandeur nature depuis plusieurs dizaines d’années dans toutes les grandes villes de France et que la FFMC revendique depuis plus de 30 ans. Mais attention, l’expérimentation « officielle » ne concernera que 4 villes-tests. L’expérimentation officieuse continuera donc comme avant. Ils sont vraiment trop forts, au CNSR. Quelle audace ! Mais jusqu’où s’arrêteront-ils ?

    Franchement, quand on voit ce cinéma, on envie nos cousins belges chez qui la même décision n’a pas nécessité tant de chichis sans qu’on note la moindre aggravation de l’accidentalité. Et pour cause !

    Pas facile à comprendre pour une élite française, ça...

  • Vos commentaires

    • denys
      Le 01/12/13

      Cœur de pierre. (C’est le cas ou jamais de le dire) Comment ne pas être ému aux larmes par tant de détresse ? Allons plus loin et construisons, sur crédits de la DSCR, nos monuments aux morts de la route comme ici, aux Pays-Bas, bouleversant exemple de statuaire édifiante ou là, à Liverpool.
      Notons que la journée mondiale existe déjà, c’est le 17 novembre. Enfin, le 18, selon d’autres sources. Une fois de plus, notre beau pays se singularise en ne faisant rien comme les autres.

    • rose
      Le 12/04/14

      cette journée est pour rappeler les dangers de la conduite.
      on a pas besoin d’une journée pour se rappeler que l’on une mère, un père une grang mère, ces journées sont sont uniquement pour faire marcher le commerce.et pensez vous , dans les écoles maternelles, quand les enseignements font faire des dessins ou ecrire des poèmes aux enfants, à ceux qui n’ont plus de maman ou de papa et parfois même sont orphelins des deux ?
      En ce qui concerne les victimes de la route il n’a pas été demandé d’ériger un monument où se recueillir chaque année, en plus ce jour ne sera pas férié cette journée n’est pas demander aux bénéfices de commerçants, il s’agit je le repète d’un RAPPEL A L ORDRE conduire ou fumer ou fumer et surtout respecter la vie des autres. à bon entendeur salut

    • rose
      Le 12/04/14

      et les familles des victimes ne veulent pas du 212 février non plus : pourquoi ?
      parce que nos enfants, nos êtres chers tués dans la totale indifférence des magistrats sont froids, dans nos coeurs il fait froid pourquoi encore un journée de gel ? Par pur esprit de contradiction de la part du CNRS et du gouvernement
      nous voulons pour eux quelque chose de plus beau, une journée de printemps
      en cette période de beaux temps, les automobilistes en prtofitent pour se promener, il est utile de leur rappeler les dangers

    • @Ficanas84
      Le 13/04/14

      Voilà ! Je vous avais prévenu...

    1er novembre 2013

  • [Blogue] L’escandilhada

    En cette période de grisaille frénétique, de morosité poisseuse et de pessimisme surabondant, alors que rien ne semble plus vouloir fonctionner et que l’on en oublie jusqu’à l’idéal républicain pour lui préférer les sirènes du nationalisme xénophobe, il est bon de voir que certains ont tout compris des interrogations populaires et mettent tout leur cœur pour nous faire esquisser un sourire, nous dérider.

    En provençal une « escandilhada » (prononcer « escandillado »), c’est une embellie, un rayon de soleil qui perce la couche noire des nuages un jour de grosse pluie ou d’orage. C’est un joli mot pour une jolie chose, escandilhada. Et c’est un peu ce que viennent de nous offrir les clubs professionnels de football en décrétant la grève des matches pour la fin du mois de novembre en guise de protestation contre la taxation à 75 % des revenus supérieurs à 1 million d’euros.

    Ça laisse rêveur, pas vrai ?

    Déjà, il faut admirer l’aplomb avec lequel on voudrait nous faire pleurer sur ces pauvres génies de la balle au pied que l’on brime avec cette taxe confiscatoire. Tellement que rien que d’en parler, j’en ai les larmes aux yeux, tiens ! Et puis, comme on ne veut pas faire fuir les talents à l’étranger et que ce sont les clubs qui vont casquer, on nous assène le fameux couplet sur les créateurs de richesses qui donnent du boulot et sur qui on tape. Pauvres choux ! Faut dire que quand on voit le nombre de parasites qui vampirisent les carrières des sportifs, on comprend bien que si une pénurie de vocations découlait de la rapacité fiscale de l’État, ça n’arrangerait pas les statistiques du chômage. Encore que les vampires savent bien s’adapter et se reconvertir. Voyez Tapie...

    Mais bon, on connait la rengaine...

    La bonne nouvelle, et il faut prendre le temps de bien s’en imprégner pour l’apprécier comme un nectar qui coulerait dans nos gosiers assoiffés et nous inonderait de joie et de plaisir, la bonne nouvelle est qu’il n’y aura pas de match de foot professionnel à la fin du mois [1] ! Incroyable mais vrai. Sonnez hauts-bois, résonnez musettes, rugissez vuvuzelas !

    Je ne sais pas si vous réalisez : un weekend sans voir ou lire les fameux exploits des virtuoses de la baballe, sans entendre parler du PSG ou de l’OM et de leurs vicissitudes, sans entendre les commentaires à pleurer des journalistes sportifs et de leurs fameux consultants. Oah ! Mais quel pied ! Si, si, quel pied ! Et je vous connais bien allez : vous êtes déjà à regretter que la grève ne dure pas plus longtemps !

    Alors, une fois n’est pas coutume, adressons un message d’encouragement au Président Hollande :

    Monsieur le président, surtout ne baissez pas les bras. Restez ferme, tenez bon. Nous sommes avec vous. Vive la taxe à 75 % et merde au football professionnel !

    Pour que les clubs de football professionnel se lancent dans une grève illimitée, soutenez le président de la République [2] et signez la pétition [3].

    Et pis, c’est tout !

  • Notes

    [1Néanmoins, vous pourrez aller soutenir les petits clubs amateurs qui jouent pour le plaisir, tas de veinards !

    [2Je sais. C’est pas facile non plus !

    [3Il doit bien y en avoir une à signer quelque part. Cherchez bien !

    29 septembre 2013

  • [Blogue] Manuel d’abjection

    JPEG - 66.2 ko
    Le péril Rom

    La France a peur, ma brave dame et ce n’est certainement pas feu Roger Gicquel, ce modèle des années 80 qui inspira tant de nos grands journalistes modernes, qui aurait manqué de dramatiser cette angoisse prégnante. D’ailleurs, cette peur atteint un tel niveau qu’il n’est plus un journal télévisé (la grande messe du 20 heures, vous savez ?) qui n’ait sa rubrique « démantèlement du camp de Saint-Mirliton-sur-Lisier », avec les images qui vont bien de caravanes déchiquetées par des pelleteuses et de gens misérables, en guenilles et pas trop nets, évacués dans la confusion avec de dérisoires sacs et valises éventrés contenant leurs ultimes possessions, sous l’escorte martiale de gardes mobiles qui les écrasent de leur gabarit de lutteurs. Où ai-je déjà vu des images semblables ?...

    Elle a peur la France, ma petite dame, de cette nouvelle vague d’invasion qui menace ses poules (paraît-il) et sa santé publique (je vous raconte pas comme c’est sale un Rom). Car, oui, les Roms nous envahissent, madame, et c’est grave car ils sont pas comme nous, ces gens. Pas éduqués, pas lavés, pas riches, pas beaux et voleurs comme c’est pas possible ! On les voit à tous les carrefours avec leurs bouteilles en plastique pleines d’eau dégueulasse à nous harceler pour nous laver nos pares-brises contre une pièce. Non mais, ça va pas ? On les voit aussi sur les places des villes à vouloir nous soutirer du pognon en se faisant passer pour des ONG de handicapés. Quelle honte, quel manque de compassion ! Écœurant, je vous dis ! Et puis, ils ne savent même pas parler le français, c’est dire ! Pas clairs qu’ils sont ces gens, je vous dis.

    Et pas du genre à s’intégrer avec nous, en plus. Même pas la peine de leur demander gentiment, c’est peine perdue. Faut les foutre dehors et pis c’est tout !

    Heureusement, on a notre classe politique pour nous protéger de ce déferlement monstrueux. Ils ou elles sont là pour nous servir le fond de leur pensée brillante et leurs bons mots destinés à passer à la postérité et à effrayer l’envahisseur. C’est à qui froncera le plus les sourcils et bombera le plus son torse, dira sa sentence la plus définitive sur les Roms. C’est impressionnant. Nous, la France-Patrie-des-Droits-de-l’Homme-et-de-la-Révolution-de-1789, on est rassurés, pas vrai ? Parce que dans l’escalade de l’abjection, elles font fort nos élites. Au point de se dispenser de toute retenue. On ne pourra pas faire la guerre à la Syrie mais on boutera les Roms hors de la France éternelle. Taïaut !

    Il fallait s’y attendre, dans ce concours d’ignominies, le ministre sarkosyste de l’Intérieur a su, une fois de plus, se distinguer par la finesse de son analyse de la situation. J’ai même entendu des gens que je tiens en grande estime se féliciter « qu’il y ait un Valls. » Pourquoi, car il est estampillé de gauche et que, ainsi, la gauche ferait preuve de réalisme ? Vraiment ? A contrario, ceux qui ne se reconnaissent pas dans cette débauche de propos infectes seraient disqualifiés d’office car trop rêveurs, irréalistes, pas assez à l’écoute de la souffrance du peuple ? Non mais oh, de qui se moque-t-on là ? Qui est au pouvoir et qui est responsable de la souffrance du peuple ?

    Je vous livre trois articles pour compléter le sujet :

    - Sur Basta ! : pour se souvenir du bon vieux temps ! (cliquer sur l’image)

    JPEG - 34.9 ko
    Le Juif et la France

    - Sur les Partageux : pour combattre la nausée !

    JPEG - 66.2 ko
    Le péril Rom

    - Sur A Gauche pour de vrai : Pétition pour voir partir Valls

    Et pis, c’est tout !

  • 22 septembre 2013

  • [Blogue] Le bijoutier et le voleur

    Maître Eolas, dans ce billet, apporte sur cette lamentable affaire l’éclairage, comme toujours, pertinent et argumenté du juriste et rappelle quelques principes de droit dont, de toute évidence, beaucoup de ceux qui se sont pris à hurler avec la meute n’ont cure. Un élément qui ne trompe d’ailleurs jamais : Estrosi et Ciotti, les deux peigne-culs azuréens, sont du nombre au côté de papa Le Pen dans un bouquet fleurant à merveille la fosse septique. Autant dire que l’intelligence et la réflexion ne sont pas à chercher de ce côté.

    Il est assez surprenant de constater l’écho donné à cette affaire et surtout aux soutiens désintéressés, cela va de soi, que tous ces courageux anonymes ont apporté au bijoutier meurtrier, sur fesse-bouc ou sur la place Masséna de Nice (ou pas loin de là mais on s’en fout). De bien mauvaises langues prétendent que certains de ces « soutiens » auraient été achetés pour faire un peu plus massif. C’est dire si les intentions des promoteurs sont pures.

    Ce n’est évidemment pas la première fois qu’un commerçant ou un particulier met hors d’état de nuire plus ou moins définitivement son agresseur provoquant le même déferlement de commentaires, le plus souvent haineux et simplistes (pléonasme ?), sous prétexte que la justice lui demande des comptes. Ce qui est pourtant son rôle et, osons le dire, la moindre des choses puisqu’il y a eu mort d’homme dans le cas présent. Je ne pense pas me tromper en affirmant que même avec de « simples » coups et blessures, ce serait aussi le cas.

    La logique et la raison voudraient donc qu’on laisse la police et la justice faire leur boulot et livrer leurs conclusions. A quoi sert, dans ce genre d’affaire, de s’enflammer et de prendre partie avant même d’en connaître tous les détails, à supposer que ceux-ci seront consciencieusement étalés sur la voie publique ? Sauf à vouloir démontrer et dénoncer le laxisme ambiant dû à cette gauche qui préfère les malfaiteurs aux victimes, bien sûr. Sauf que là, en l’occurrence, la loi encadre assez clairement la procédure et que ce serait une bien curieuse façon de concevoir la justice que de s’en remettre au fameux « bon sens populaire » illustré par tous ces « soutiens » désintéressés.

    Surtout que, même s’il s’est peu exprimé là dessus, à ma connaissance, il n’est pas certain que le bijoutier soit très demandeur de ce genre de soutiens. Après tout, il se retrouve seul désormais à supporter le poids de son acte et il risque de voir les rangs de ses « soutiens » se clairsemer rapidement, dès lors que l’intérêt médiatique sera passé. Seuls resteront peut-être ceux qui sont plus préoccupés par son humanité que par la prétendue exemplarité de son acte. Des gauchistes, certainement...

    C’est vrai que c’est un drame ce qu’il s’est passé. Certes, le mort n’est pas une victime très présentable, le genre pas très bien fini, un nuisible sans doute, dont son entourage devait craindre qu’il ne tombe un jour sur un os. Voilà, c’est fait ! Il a amené l’enfer chez cet homme qui a commis à son tour l’irréparable. C’est simple. C’est tragique.

    Bien sûr, on peut se livrer à toutes les leçons de morale qu’on voudra. Pas beau voler, surtout sous la contrainte d’un arme et sous les coups. Pas beau faire justice soi-même. Pas beau tuer même sous le coup de l’humiliation et de la colère. C’est vrai, tout ça n’est pas très joli. Mais ce serait bien aussi, maintenant, qu’on foute la paix à ces gens dont la vie est à jamais saccagée.

  • 8 septembre 2013

  • [Blogue] Mon plus beau cadeau d’anniversaire

    JPEG - 19.3 ko
    Guide de survie à l’usage des couples infertiles

    C’était donc ce fameux jour que l’on connaît tous où on taille mentalement une nouvelle encoche sur le bâton virtuel qui nous servira un jour de canne. « Et de 59 ! » jubilais-je modestement et « jaunâtrement » tandis que parents et amis faisaient chauffer le téléphone pour me souhaiter un joyeux anniversaire. Ils sont adorables, tous, avec leurs gentilles attentions. Ça fait chaud au cœur.

    Puis, ce fut le tour de ma fifille à moi, la chair de ma chair et toussa...

    Elle est plutôt taiseuse en général, mon Audrey. On est un peu pareils quand il s’agit du téléphone. Non pas qu’on n’ait rien à dire mais on sait jamais comment le dire, si c’est important de le dire ou intéressant. Puis moi qui comprends pas tout correctement. Mais là, c’était plus qu’un affectueux message d’anniversaire. Elle avait prémédité son coup, la maligne, c’est sûr !

    « J’ai une grande nouvelle à t’annoncer », qu’elle me dit ma fifille, comme ça, tout de go. Moi qui connais les difficultés des deux tourtereaux à avoir un bébé, et malgré leur recours à l’assistance médicale à la procréation, j’avais d’emblée écarté l’idée que ce puisse être « ça ». Oh, je ne dis pas qu’elle ne m’a pas effleuré l’esprit mais j’aurais été tellement déçu pour elle d’être déçu par tout autre « grande nouvelle ». C’est vrai quoi, adopter une fratrie de chiots jumeaux dogues allemands ou se lancer dans l’élevage de chatons abyssins ou bien la promotion du gendre idéal qui va propulser le couple à Canberra ou à Ushuaïa, c’est sympa, mais ça sonne quand même pas pareil.

    Alors, d’un ton faussement placide, je lui ai demandé d’abréger sa torture. Et bien, j’avais tort, c’était « ça » !

    « Je suis enceinte » ai-je entendu ma fille me glisser dans les trompes d’Eustache.

    D’un seul coup, je me suis retrouvé sur un petit nuage, entouré de petits noiseaux gazouillant et voletant gaiement, tandis qu’un arc-en-ciel se dessinait subitement dans le pur azur de ce jour d’été et que les cloches de tout l’univers se mettaient à sonner follement pour annoncer au monde LA nouvelle. C’est comme si mon amour de Dulcinée venait de m’annoncer que j’étais à nouveau père ! Promis, pareil !

    Il paraît même que, somnolant encore comme des bienheureux un instant seulement avant la révélation, trois rois-mages se sont mis précipitamment en route avec leurs chameaux pour collecter le monceau de cadeaux qui couvrira bientôt le sol au pied de cette descendance tant espérée. Mais l’info reste à confirmer. Quand même !

    C’est fou aussi la niaiserie qui soudain fait vasouiller votre cerveau. J’en ai entendu dire que dans mon cas ça n’a rien à voir avec ça, c’est un état naturel chez moi. J’ai les noms, on règlera ça tout à l’heure à la sortie. Il n’empêche que vous voilà à ânonner des banalités affreusement... euh !... banales, c’est le mot, alors que tout en vous voudrait exprimer cette joie indicible par des paroles plus historiques les unes que les autres comme, au hasard : « Yaaaaoooouuuuhhhh ! »

    Alors, bien sûr, ce petit embryon qui nous procure tant de joie, n’est pour l’instant encore que la promesse d’un grand bonheur à venir. Nous savons que d’autres espoirs ont été déçus, hélas, avant celui-ci. D’ailleurs, ma fifille et mon gendre idéal ont attendu trois mois pour officialiser LA nouvelle et c’est bien ainsi. Du reste, malgré cela, la crainte n’est jamais très loin et nous l’avons vérifié il y a quelques jours lors de notre bref séjour chez les enfants. Quelques douleurs dans le bas ventre et nous voilà à craindre le pire et mon gendre idéal se presque liquéfier d’inquiétude pour sa femme et la vie si fragile qu’elle porte. On n’en menait pas large nous non plus car, tout au plaisir des moments passés ensemble, nous avons peut-être été un peu imprudents et finalement égoïstes en voulant croire que tout allait naturellement pour le mieux. Le soulagement quand l’alerte a finalement passé sans autre conséquence que cette angoisse quand même terrible !

    Mais je sais depuis longtemps qu’elle est bien entourée ma fifille et que mon gendre idéal est un mec en or comme on en trouve peu. Mon autre fils, pour de vrai...

    Puis, on ne peut pas faire autrement : ce bébé en devenir occupe une place considérable. Nous voilà à évoquer le bébé qu’était sa maman et tout une bouffée de souvenirs me submerge. Je pense depuis un certain temps qu’on est peu ou prou en deuil de l’enfance de nos enfants. Le mot est fort et ceux qui ont vraiment perdu un enfant le jugeront inapproprié mais il y a un peu de ça. Devant nos enfants adultes, indépendants, qui mènent leurs vies sans plus rien nous demander, on songe aux nourrissons qu’ils étaient et dont on changeait les couches, à qui on donnait le bain et le biberon, qu’on serrait dans nos bras en caressant leurs toutes petites mains si parfaites. On repense à toutes ces étapes de leur vie toute neuve qui sont autant d’instants émouvants de bonheur : les premières dents, les premiers pas, les premiers mots, les gros câlins, la première rentrée... Il y a une chanson d’Yves Duteil qui évoque assez bien ces bonheurs-là : « Prendre un enfant par la main ». C’est tout à fait ça.

    Moi, je pense aussi à ce bébé qui arrive. J’entame ma soixantième année (putain, déjà) et je vais être grand-père ! GRAND-PERE, merde ! Et je suis heureux. HEUREUX !

    Merci à ma fifille et à mon gendre idéal. Qu’ils profitent le plus possible des années de bonheur que leur apportera cet enfant... et les suivants.

    Je vous aime.

    Et pis c’est tout !


    P.S. : Ma fifille à moi a écrit un livre avec sa copie Audrey qui dessine très bien. Les deux gamines ont du talent à revendre (la preuve) et beaucoup d’humour. Mais je suis subjectif : j’adore l’humour féminin et celui de ma fille en particulier.

    Ça s’appelle « Guide de Survie à l’Usage des Couples Infertiles (GSUCI) ».

    Vous en comprendrez les raisons en vous rendant sur le blogue de fifille : L’AMP pour les nuls.

    Vous pouvez aussi visiter leur page fessebouc.

    Mais ce qui est plus important, que vous soyez concernés ou que des amis à vous soient concernés ou juste pour le plaisir d’enrichir votre culture en apprenant plein de mots nouveaux qui vous feront briller dans les compétitions de SCRABBLE, achetez ce petit livre rigolo et sans prétention qui pourra vous/les aider à affronter le parcours pour le moins rugueux de la procréation assistée et dont la femme, comme pour beaucoup de choses, supporte l’essentiel des avanies.


    P.S.2 : Message personnel : Olivier, plus que jamais, merci.

  • 25 août 2013

  • [Blogue] Brunehilde 2 : le retour de la reine

    BMW R1150RT

    JPEG - 183.6 ko
    Brunehilde

    S’il n’avait tenu qu’à moi, je roulerais encore aujourd’hui au guidon de ma belle R1200RT rouge de la première génération (AM 2006). Cette moto me convenait très bien et je l’avais parfaitement en main. Après l’expérience plus que réjouissante de la K1200RS, c’était même de la gourmandise. Je ne me considère pas, en effet, comme un consommateur de motos et j’aime bien garder les miennes plusieurs années, histoire de faire vraiment le tour des plaisirs qu’elles peuvent procurer.

    Seulement voilà : j’avais acheté ma belle au moyen d’un crédit spécial. En gros, tu finances la moitié du prix d’achat de ta bécane pendant 3 ans au terme desquels soit tu la gardes et rembourses une mensualité égale à la moitié restante, soit tu en changes pour une plus récente et tu repars pour un nouveau cycle. C’est pas forcément donné mais ça permet de rendre son rêve un peu plus accessible. J’avais décidé de garder ma Brunehilde à la fin des trois années et j’en avais informé le vendeur, comme toujours à la dernière limite. Il s’est alors avéré que ma RT était trop vieille pour être financée par BMW et qu’il fallait en passer par l’achat d’une bécane plus récente.

    J’avoue que cela m’a laissé un peu perplexe mais, n’ayant plus beaucoup de temps pour trouver une solution alternative, j’ai accepté la proposition, partagé entre la déception de me séparer d’une moto qui me donnait toute satisfaction et la curiosité de goûter à une nouvelle machine radicalement différente : une K1200GT.

    Bagheera : BMW K1200GT

    JPEG - 178.2 ko
    Bagheera

    Le premier contact a été plutôt sympathique. Il faut dire que ce fameux moteur 4-cylindres transversal est un sacré bouilleur. Montée dans les tours rageuse, souplesse, coffre, une tenue de route impériale, un confort excellent, bref, de belles promesses de plaisir et de voyages réjouissants.
    Assez rapidement, toutefois, certaines anomalies sont venues ternir le tableau. D’abord, ce fichu ralenti, on ne peut plus capricieux, qui pouvait monter à 2500 ou 3000 tours sans raisons apparentes. Et cette boite de vitesse pour le moins désagréable qui accrochait à chaque changement de rapport comme si le débrayage était inopérant. Avec, en prime, la difficulté de trouver le point mort, par moment, là aussi sans raison apparente.

    Une journée en atelier pour remplacer deux bobines-crayons apparemment grillées apportera un léger mieux côté ralenti sans faire disparaître complètement le problème.

    Puis, il y a eu la première déconvenue : le roulement du renvoi conique qui casse au retour des Assises peu après Bellegarde-sur-Valserine et le voyage qui se termine en TER de Grenoble à Orange. Heureusement, la réparation a été prise en garantie mais il m’a fallu rapatrier ma bécane de Saint-Martin-d’Hères jusqu’en Avignon car c’était une garantie « garage » et non « BMW ». Subtilité... Sauf que la moto n’avait que 22.000 km et que cette rupture avait tout du vice caché. Passons !

    Un petit mois après avoir récupéré ma bécane, je trace la route entre Montbrun-les-Bains et Sault quand, au beau milieu d’un virage en épingle un peu avant Aurel, la roue arrière se bloque et la moto avec, dans un endroit sans visibilité pour les véhicules pouvant arriver dernière moi. Je ne parle pas de la galère pour sortir de là. Freins serrés, liquide en ébullition. Paraît que je roule pied sur la pédale de frein, d’après mon concess’. C’est vrai qu’il faisait très chaud ce jour-là et qu’on venait de passer le col de Macuègne, au Barret de Lioure, assez viroleux mais sans plus. En tout cas, pas de quoi faire du zèle sur les freins. Bref, la moto est de nouveau redescendu jusqu’en Avignon sur la dépanneuse. Diagnostic : Maitre-cylindre émetteur HS remplacé en garantie.

    Un nouveau mois passe. Voilà les vacances qui arrivent... et le voyant d’ABS qui se met en alarme dès le premier jour de voyage. Pas de souci apparent, la machine freine efficacement mais on ne sait jamais. Passage à Annecy chez le concess’ du coin qui diagnostique des problèmes de capteurs rendant inopérants l’ABS et les suspensions pilotées (ESA) et qui nous confirme qu’il n’y a pas risque de perte du freinage. Ouf ! On finira les vacances sans encombre avec le voyant clignotant et retour au garage. Finalement, c’est la centrale ABS qui sera changée, toujours en garantie, et... la boite à air. Ça, c’est pour le problème récurrent de ralenti. Ce remplacement aurait dû être fait lors d’une campagne de rappel de BMW que l’ancien propriétaire n’a visiblement pas cru devoir accepter.

    Nous en étions donc à l’automne. La garantie était maintenant terminée et la moto fonctionnait enfin très bien... à condition de ne pas changer de vitesse. A la faveur de mes recherches sur des forums consacrés aux K1200/K1300 nouvelle génération, j’avais appris que c’était un problème de cloche d’embrayage et de diaphragme connu de BMW qui semblait rechigner à le prendre en charge au titre du vice caché.
    La moto a peu roulé l’hiver suivant mais le problème demeurait voire s’aggravait. Alors, à force de gamberger, j’ai fini par décider de m’en séparer. Il arrive un moment où la confiance s’évanouit, où, devant l’accumulation de déconvenues, on ne vit plus que dans l’attente de la survenance d’une nouvelle tuile. Cette bécane était frappée d’une malédiction, c’était l’évidence. J’étais même prêt à changer de marque. Après tout, il y a beaucoup de bécanes très appétissantes depuis quelques temps !

    Chez JMS, la négociation a été assez rapide et n’a pas posé de difficulté. Je ne pouvais pas me lancer dans un nouvel achat d’une machine chère. Je souhaitais donc procéder à un échange avec une machine raisonnablement usagée. Ainsi fut fait. Merci à JMS Motos.

    Brunehilde 2 : BMW R1150RT

    JPEG - 195.4 ko
    Brunehilde 2

    Ce fut donc la R1150RT de 2003 qui avait assez fière allure et un kilométrage relativement modeste (53.000 km en 10 ans). Un petit doute aussi sur l’histoire de cette moto dont le carnet d’entretien annonce la révision des 50.000 km en décembre... 2010. J’espère que le câble du compteur n’aura pas malencontreusement cassé et ne sera pas resté en l’état pendant 3 ans...
    Moins de 10 jours après avoir pris possession de la belle, le voyant d’ABS se met en alarme. Résultat : changement de la centrale ABS... en garantie. Hum !... Ça recommence ?

    Depuis, on a fait près de 6.000 km ensemble sans autre souci. La révision des 60.000 approche donc et le remplacement du pneu arrière qui a désormais son compte. L’avant avait été remplacé lors de la transaction, ainsi que les poignées chauffantes qui étaient en lambeau.
    Mais c’est du miel, cette bécane. Je retrouve des sensations très proches de la R1200RT en termes de tenue de route, de facilité de manœuvre (c’est un vélo, cette bécane), de protection et de confort. Certes, le moteur est moins dynamique que celui de la R1200RT et sans commune mesure avec celui de la K1200GT, bien sûr. Il faut carrément lui rentrer dedans, tordre la poignée pour avoir des relances pas trop anémiques car il est un peu mollasson. Ou bien cette impression est-elle due à la différence de réponse avec le moteur de la K1200GT qui s’envolait dans les tours au moindre degré de torsion de la poignée. Du moins, on sent bien qu’il n’a pas été programmé pour la compétition, pas comme celui de la R1100RS, par exemple. Mais pour « croiser » sur les belles routes de France, il est largement suffisant et loin d’être ridicule. Et puis, ne soyons pas faux-cul : c’est aussi pour cette tranquillité-là que je l’ai choisie et elle s’acquitte remarquablement bien de sa tâche.

    Question consommation, tous cycles confondus, elle nous fait un petit 5,6 l/100 km, un peu au-dessus de la R1200RT (5,5 l/100 km) et très en-dessous de la K1200GT (6,5 l/100 km). Et pour l’huile, on est dans la norme (moins d’un litre au 1000 km).

    Au final, je ne suis pas du tout mécontent de cette opération. Voilà une moto qui redonne confiance dans la marque même si elle n’est plus de première jeunesse encore que ce ne soit pas une antiquité. Il faut juste se réhabituer au stater manuel et à l’absence de temporisation des clignotants. Plus d’ordinateur de bord complexe, plus de selles chauffantes (c’était bien, ça) mais une radio pas très commode car sans réglages au guidon. Et puis de toute façon, avec mon ouïe électronique, hein ? Plus de suspensions pilotées non plus et des variations d’assiette plus marquées que sur les deux 1200 et un réglage des phares pas évident en duo. Voilà, c’est tout. Le reste n’est que plaisir de voyager.

    On va donc en parler.. bientôt.

  • Vos commentaires

    • Guillaume Chocteau
      Le 23/09/13

      Hello,

      Tes déconvenues avec la K1200GT me font penser aux miennes avec la ... K1200LT ! 2 ans avec cette moto sans avoir une moto 100% en état ! Tjrs une merdouille (sans trop de gravité en général) ! Et puis un jour, relance du moteur après St Arnoult (je montais à un BN)... Casse du câble d’accélération... Remorquage, réparation chez BMW... 4h de MO et un billet de 1000 en moins... Gloups mais bon, cela arrive... Et puis qques mois après, coupure du 4 en 1 d’échappement. On me dit "vous ne roulez pas assez, elle a rouillé"... Mais oui mais oui... 25000 par an, combien faut il pour elle ? 2400 euros le morceau d’inox ! Bref, je m’en suis séparé (mal car c’est invendable) et suis retourné sur une R1100rt (j’en avais déjà eu une).
      Actuellement, je suis sur la grande soeur (1150) avec 115000 km au compteur. Je remonte juste du séminaire des délégués. 600 km d’arsouille avec les copains du 44. Elle a l’âge de ses artères, quelques merdouilles certes, mais elle reste saine.

      Le soucis reste la trop grande technologie de ces montures. BMW continue à coupler sa politique moto à celle pour les voitures : plus d’électro -> clientèle captive ! Moi, la prochaine sera un flat culbuté.

    • @Ficanas84
      Le 13/04/14

      Le problème des "youngtimers", comme on dit de nos jours en français, c’est d’en trouver une qui n’ait pas été transformée. J’ai récemment dégotté (à Cavaillon - Marc Motos) une R80 série 7, ex-RT de la gendarmerie transformée en roadster super allégé (2800 € le bout quand même). Pas mon truc. Côté mécanique rustique, je me demande si une Ural... Mais elles ne sont pas données non plus. Vendre des motos tellement rustiques et poussives qu’on les croirait d’occasion au prix de motos neuves, japonaises et bien conçues, c’est osé, je trouve.

    15 juin 2013

  • [Blogue] Para bellum

    On sait parler des retraités sur France 2 et ça fait chaud au cœur. Déjà, l’autre soir, on nous donnait en pâture ces misérables vieux séniors qui, faute d’une pension bien grasse, à ce qu’ils disaient et que disait le commentaire, partaient en exil au Maroc avec leurs 650 € par mois pour vivre comme des princes des « Milles et unes nuits » grâce aux tomates à 30 centimes le kilo. Le rêve à portée de la bourse la plus plate, 6 ou 7 mois par an, sur fond de gros camping-car flambant neuf à 40000 € au bas mot et sans voir un seul Marocain à moins de 500 m. Autant dire le nirvana ! Bon, faut aimer la tomate mais quand même ! Et tout ça se retrouvait autour d’une bonne table bien garnie, entre ripailleurs bien de chez nous, dans la joie et la bonne humeur innocentes comme il sied aux gens modestes qui savent se contenter de peu.

    Ce soir, on nous expliquait que la pension moyenne du retraité moyen tourne autour de 1350 € par mois et on l’illustrait en interrogeant des retraités représentatifs émargeant à 1500 € bien obligés de convenir, à ce tarif scandaleux, qu’ils étaient prêts à faire des efforts mais que, bon, ça coinçait quand même un peu. Comme quoi, non seulement ces salauds de vieux retraités sont des privilégiés mais, en plus, c’est des égoïstes, les mecs. Non mais allo, quoi ! Tu les paies à glander à longueur de journées en attendant la mort et, en plus, ils se font tirer l’oreille pour participer au salutaire effort de redressement national. On croit rêver !

    Alors, pour bien faire passer le message, impartial comme il se doit, on nous a rappelé les exorbitants privilèges de la fonction publique : pension calculée sur les 6 derniers mois (hors les primes) et non pas sur les 25 meilleures années, ce qui malgré tout donne des pensions et des taux de remplacement sensiblement les mêmes en moyenne, excepté pour l’administration centrale où les cadres sont surreprésentés. On comprend mieux son efficacité... Bref, c’est dire si les fonctionnaires jouissent de sacrés privilèges. Pour plus de développement, voir cet article.

    Ceux dont ne parlait pas l’édifiant reportage, c’était ces autres retraités, ceux qui vivent avec beaucoup moins de 1350 € par mois, parmi lesquels les femmes sont ultra-majoritaires. C’est un oubli d’ailleurs assez récurrent alors que tous ceux qui prétendent régler le fameux problème des retraites — qui, pour un peu, serait la cause de la ruine du pays — n’ont que les mots équité et justice à la bouche depuis plus de 30 ans. Mais les femmes ne doivent pas entrer dans leur champ de vision, semble-t-il. On notera aussi que lorsqu’ils emploient le mot partage, ce n’est pas pour parler des richesses mais des efforts à fournir pour « sauver notre système », ce qui ne s’adresse en réalité qu’à nous autres mais pas à nos élites économiques et financières. Faut pas déconner non plus. Surtout éviter le parallèle abusif entre l’incessant enrichissement des plus riches et l’appauvrissement du plus grand nombre.

    Dès lors, il est naturel de lancer des contre-feux pour détourner l’attention : les chômeurs qui chôment au lieu d’aller bosser ; les tricheurs aux allocs et autres prestations sociales, surtout les étrangers ; les retraités privilégiés alors que notre jeunesse ne peut construire le moindre début de vie ; les fonctionnaires-sangsue, etc. Au moins, pendant qu’on se bouffe le foie entre nous, on s’occupe pas des choses sérieuses.

    Le pire, c’est que ça marche. A en entendre certains, aligner les régimes spéciaux sur celui du privé ne serait que justice et équité. Ce sont en général les mêmes qui, il y a dix, quinze ou trente ans faisaient mine d’être trop occupés pour se battre et défendre leurs droits, la sécurité sociale, les services publics. Les lâches ont toujours de bonnes raisons pour ne pas se mouiller. Ça les rend d’autant plus hargneux contre ceux qui ont osé le faire. D’autres se font un plaisir d’opposer les jeunes aux anciens en professant qu’ils leur paient des rentes dorées tandis que ces vieux égoïstes ne leur laissent que des dettes en échange, oubliant au passage que notre contrat social est aussi un contrat intergénérationnel qui ne s’arrête pas aux retraites mais englobe l’ensemble des services publics financés par les contributions de tous (enfin, sauf des nantis, bien sûr). C’est bien plus porteur que de pointer le démantèlement de tous les dispositifs de solidarité et de répartition au profit de services commerciaux lucratifs pour ceux qui peuvent payer et de la charité (elle aussi privée) pour les autres.

    C’est aussi bien plus apaisant que de reconnaître que, à force de vouloir se convaincre que la lutte des classe n’est pas à l’ordre du jour, nous sommes en train de la perdre car l’oligarchie qui détient le pouvoir et ses larbins de droite ou de « gauche » n’ont eux cessé de la mener contre nous et sont en passe de nous écraser.

    Peut-être alors, quand à force d’avoir tant perdu il ne nous restera plus rien à perdre, quand nous serons le dos au mur, réaliserons-nous que le progrès de la condition humaine et la paix sociale ne peuvent exister que si l’on reste en permanence en alerte pour porter l’estocade contre ceux qui font commerce des peuples pour s’enrichir et accaparer le pouvoir. Il ne peut y avoir de justice et de démocratie sans des peuples prêts à se battre pour elles. Nous payons aujourd’hui de l’avoir oublié. Nous n’aurons bientôt d’autres choix que de reprendre la lutte, hélas !

    Si vis pacem...

  • 1er juin 2013

  • [Blogue] Le juif errant

    Le monde a tendance à se dépeupler ces dernières années et ma discothèque à ressembler de plus en plus à un mur commémoratif où se succèdent les disques des artistes que j’ai aimés : Brassens, Ferrat, Reggiani, Brel, Leclerc, Ferré, Béranger, Pagani, Caradec, Barbara, etc.

    Georges Moustaki vient à son tour d’éteindre les feux de la rampe et de baisser le rideau, discrètement, à l’image de sa vie, après longtemps de silence. Il était entré dans mon univers musical en 1969, comme pour beaucoup de gens, je suppose, avec sa chanson « Le Métèque ». Dans l’album qui l’accompagnait, j’avais découvert un artiste étonnant par sa voix douce et claire et par son talent à marier les plus délicates harmonies aux poèmes les plus beaux.

    En réalité, sans que je le sache, Moustaki existait déjà dans mon univers grâce aux chansons de Reggiani, la sublime « Sarah », bien sûr, et plus particulièrement « Ma liberté » que je m’appliquais à chanter autour des feux de camps estivaux en grattouillant piteusement ma guitare. Il y existait même depuis bien plus longtemps encore car, à la maison, mes parents vouaient une grande admiration à Édith Piaf pour qui il avait composé « Milord ».

    J’aimais bien ce type et l’image qu’il donnait, celle d’un gars nonchalant, calme qui ne parlait ni ne chantait jamais en élevant la voix mais qui pouvait dire avec simplicité des choses d’une rare justesse qui me touchaient. A bien des égards, il était l’archétype du méridional, du méditerranéen, du grec même, apôtre du temps de vivre et du temps partagé avec les amis, du temps que l’on prend pour faire les choses calmement, sans se précipiter, posément pour aimer ou pour chanter, le cauchemar des libéraux de cette Europe du Nord qui méprisent tant celle du Sud où ils ne voient que voleurs, profiteurs et tire-au-flanc et qu’ils s’emploient à humilier avec une persévérance qui confine au racisme. Moustaki, c’était notre frère à nous les méridionaux, qui, par son talent et par la beauté de ses musiques et de ses textes, nous redonnait la fierté d’être ce que nous sommes avec nos rares défauts et nos généreuses qualités. Ecoutez « En méditerranée » ou « Grand-père », il y parle de chez nous. Pour autant, il était aussi gourmand de découvertes d’humanités diverses, de musiques du monde, notamment brésilienne. Même s’il n’étalait pas sa vie dans les médias et ne se posait pas en maître à penser, il était de ces gens qu’on aime simplement parce qu’ils nous rendent notre sourire et nous considèrent avec gentillesse.

    Ses chansons m’ont accompagné toute ma vie. Comme celles d’autres, bien sûr, mais souvent elles sont venues résonner dans mon crâne, plus encore depuis que mon système auditif décline. Les textes sont si beaux, les musiques si agréables. On peut préférer telle chanson à telle autre mais il me semble qu’on ne peut pas ne pas les aimer toutes tant elles sonnent comme de la poésie à l’état pur. Une chanson de Moustaki, c’est un pur instant de douceur et de bonheur.

    Lui aussi s’était vu mettre le pied à l’étrier par Georges Brassens dont il a été l’élève et dont il a pris le prénom en signe d’éternel hommage. Pourtant, il s’appelait Joseph ce qui, toute charge biblique mise à part, n’était pas mal non plus. Mais on n’imagine pas le bien que le facétieux moustachu a fait à la chanson française en aidant et en soutenant tant de jeunes talents au front aujourd’hui blanchi.

    Et puis, Moustaki était aussi motard, sans ostentation mais sans faux semblant. Et cela collait bien à l’image de son personnage à la fois discret (on peut être motard et ne pas se complaire dans la démonstration) et déterminé. Libre comme ceux qui donneront naissance à la FFMC.

    Oui, le monde se dépeuple ces dernières années. Mais Georges Moustaki nous laisse une discographie si belle qu’elle nous aidera à surmonter la tristesse de son départ. Il me restera aussi le privilège d’organiser dans ma tête de somptueux concerts privés où la douceur de Moustaki se conjuguera à la chaleur de Ferrat et de Reggiani sous le regard bienveillant de Brassens.

    Merci Monsieur Moustaki pour avoir embelli ce monde par vos chansons et nous avoir aidés à cultiver l’espoir de le changer vraiment.

    Voici ce qu’écrivait Georges Brassens en mai 1954 à l’attention de Georges Moustaki, le poète qui avait alors 20 ans :

    Il existe encore des poètes. Mais ils se cachent çà et là entre deux pierres ou dans des trous d’aiguille. On les traque sans relâche (Pères indignés. Faut embrasser une carrière. Gagner sa vie. Que vont dire les gens !). Ils meurent presque tous très jeunes, les poètes, et l’homme leur survit comme on raconte. Bien sûr, un certain nombre échappe au massacre. Et alors on les fête comme une victoire nationale. On les cajole, on les appelle « cher maître » au sérieux, on se délecte à les écouter chanter leur feu ni lieu d’avant la ratification (Les bourgeois sont troublés de voir passer les gueux de Richepin ou d’ailleurs). Mais quand ils n’en menaient pas large, on leur fermait la porte au nez. Moustaki en est un. Il a eu vingt ans tout à l’heure et c’est plus difficile qu’on ne le suppose (Le petit cheval de Paul Fort, dans le mauvais temps, qu’il avait donc du courage). Il écrit des chansons entre les lignes. Il aurait pu bâcler des insanités et se faire chanter par la canaille lyrique. Il a choisi les chemins escarpés, les chemins coupés. Il fait confiance au public. Il aura sa récompense.
    Un temps viendra où les chiens auront besoin de leur queue et de Moustaki, poète inébranlable, et ceux qui s’apprêtent à le mordre aujourd’hui lui passeront la main dans les cheveux, s’il lui en reste.
    Soyez bons pour les animaux, même les tigres. Chante Moustaki. Ta chanson s’envolera vers les oreilles. Le temps s’en charge. Tu n’es pas seul. Écoute Guy Charles-Cros :

    Avec des mots chantés à voix profonde et douce
    Avant qu’un peu de terre emplisse notre bouche
    Confier à la vie notre lucide amour,
    C’est là notre travail sans trêve et notre fête,
    Notre raison de vivre et de mourir poète,
    Notre unique et divin recours.

|

Blogue | Suivre la vie du site RSS 2.0