@Ficanas84

Derniers articles

    Brunehilde 2 : le retour de la reine

    BMW R1150RT

    dimanche 25 août 2013, par Marc Leblanc

    JPEG - 183.5 ko
    Brunehilde

    S’il n’avait tenu qu’à moi, je roulerais encore aujourd’hui au guidon de ma belle R1200RT rouge de la première génération (AM 2006). Cette moto me convenait très bien et je l’avais parfaitement en main. Après l’expérience plus que réjouissante de la K1200RS, c’était même de la gourmandise. Je ne me considère pas, en effet, comme un consommateur de motos et j’aime bien garder les miennes plusieurs années, histoire de faire vraiment le tour des plaisirs qu’elles peuvent procurer.

    Seulement voilà : j’avais acheté ma belle au moyen d’un crédit spécial. En gros, tu finances la moitié du prix d’achat de ta bécane pendant 3 ans au terme desquels soit tu la gardes et rembourses une mensualité égale à la moitié restante, soit tu en changes pour une plus récente et tu repars pour un nouveau cycle. C’est pas forcément donné mais ça permet de rendre son rêve un peu plus accessible. J’avais décidé de garder ma Brunehilde à la fin des trois années et j’en avais informé le vendeur, comme toujours à la dernière limite. Il s’est alors avéré que ma RT était trop vieille pour être financée par BMW et qu’il fallait en passer par l’achat d’une bécane plus récente.

    J’avoue que cela m’a laissé un peu perplexe mais, n’ayant plus beaucoup de temps pour trouver une solution alternative, j’ai accepté la proposition, partagé entre la déception de me séparer d’une moto qui me donnait toute satisfaction et la curiosité de goûter à une nouvelle machine radicalement différente : une K1200GT.

    Bagheera : BMW K1200GT

    JPEG - 178.1 ko
    Bagheera

    Le premier contact a été plutôt sympathique. Il faut dire que ce fameux moteur 4-cylindres transversal est un sacré bouilleur. Montée dans les tours rageuse, souplesse, coffre, une tenue de route impériale, un confort excellent, bref, de belles promesses de plaisir et de voyages réjouissants.
    Assez rapidement, toutefois, certaines anomalies sont venues ternir le tableau. D’abord, ce fichu ralenti, on ne peut plus capricieux, qui pouvait monter à 2500 ou 3000 tours sans raisons apparentes. Et cette boite de vitesse pour le moins désagréable qui accrochait à chaque changement de rapport comme si le débrayage était inopérant. Avec, en prime, la difficulté de trouver le point mort, par moment, là aussi sans raison apparente.

    Une journée en atelier pour remplacer deux bobines-crayons apparemment grillées apportera un léger mieux côté ralenti sans faire disparaître complètement le problème.

    Puis, il y a eu la première déconvenue : le roulement du renvoi conique qui casse au retour des Assises peu après Bellegarde-sur-Valserine et le voyage qui se termine en TER de Grenoble à Orange. Heureusement, la réparation a été prise en garantie mais il m’a fallu rapatrier ma bécane de Saint-Martin-d’Hères jusqu’en Avignon car c’était une garantie « garage » et non « BMW ». Subtilité… Sauf que la moto n’avait que 22.000 km et que cette rupture avait tout du vice caché. Passons !

    Un petit mois après avoir récupéré ma bécane, je trace la route entre Montbrun-les-Bains et Sault quand, au beau milieu d’un virage en épingle un peu avant Aurel, la roue arrière se bloque et la moto avec, dans un endroit sans visibilité pour les véhicules pouvant arriver dernière moi. Je ne parle pas de la galère pour sortir de là. Freins serrés, liquide en ébullition. Paraît que je roule pied sur la pédale de frein, d’après mon concess’. C’est vrai qu’il faisait très chaud ce jour-là et qu’on venait de passer le col de Macuègne, au Barret de Lioure, assez viroleux mais sans plus. En tout cas, pas de quoi faire du zèle sur les freins. Bref, la moto est de nouveau redescendu jusqu’en Avignon sur la dépanneuse. Diagnostic : Maitre-cylindre émetteur HS remplacé en garantie.

    Un nouveau mois passe. Voilà les vacances qui arrivent… et le voyant d’ABS qui se met en alarme dès le premier jour de voyage. Pas de souci apparent, la machine freine efficacement mais on ne sait jamais. Passage à Annecy chez le concess’ du coin qui diagnostique des problèmes de capteurs rendant inopérants l’ABS et les suspensions pilotées (ESA) et qui nous confirme qu’il n’y a pas risque de perte du freinage. Ouf ! On finira les vacances sans encombre avec le voyant clignotant et retour au garage. Finalement, c’est la centrale ABS qui sera changée, toujours en garantie, et… la boite à air. Ça, c’est pour le problème récurrent de ralenti. Ce remplacement aurait dû être fait lors d’une campagne de rappel de BMW que l’ancien propriétaire n’a visiblement pas cru devoir accepter.

    Nous en étions donc à l’automne. La garantie était maintenant terminée et la moto fonctionnait enfin très bien… à condition de ne pas changer de vitesse. A la faveur de mes recherches sur des forums consacrés aux K1200/K1300 nouvelle génération, j’avais appris que c’était un problème de cloche d’embrayage et de diaphragme connu de BMW qui semblait rechigner à le prendre en charge au titre du vice caché.
    La moto a peu roulé l’hiver suivant mais le problème demeurait voire s’aggravait. Alors, à force de gamberger, j’ai fini par décider de m’en séparer. Il arrive un moment où la confiance s’évanouit, où, devant l’accumulation de déconvenues, on ne vit plus que dans l’attente de la survenance d’une nouvelle tuile. Cette bécane était frappée d’une malédiction, c’était l’évidence. J’étais même prêt à changer de marque. Après tout, il y a beaucoup de bécanes très appétissantes depuis quelques temps !

    Chez JMS, la négociation a été assez rapide et n’a pas posé de difficulté. Je ne pouvais pas me lancer dans un nouvel achat d’une machine chère. Je souhaitais donc procéder à un échange avec une machine raisonnablement usagée. Ainsi fut fait. Merci à JMS Motos.

    Brunehilde 2 : BMW R1150RT

    JPEG - 195.3 ko
    Brunehilde 2

    Ce fut donc la R1150RT de 2003 qui avait assez fière allure et un kilométrage relativement modeste (53.000 km en 10 ans). Un petit doute aussi sur l’histoire de cette moto dont le carnet d’entretien annonce la révision des 50.000 km en décembre… 2010. J’espère que le câble du compteur n’aura pas malencontreusement cassé et ne sera pas resté en l’état pendant 3 ans…
    Moins de 10 jours après avoir pris possession de la belle, le voyant d’ABS se met en alarme. Résultat : changement de la centrale ABS… en garantie. Hum !… Ça recommence ?

    Depuis, on a fait près de 6.000 km ensemble sans autre souci. La révision des 60.000 approche donc et le remplacement du pneu arrière qui a désormais son compte. L’avant avait été remplacé lors de la transaction, ainsi que les poignées chauffantes qui étaient en lambeau.
    Mais c’est du miel, cette bécane. Je retrouve des sensations très proches de la R1200RT en termes de tenue de route, de facilité de manœuvre (c’est un vélo, cette bécane), de protection et de confort. Certes, le moteur est moins dynamique que celui de la R1200RT et sans commune mesure avec celui de la K1200GT, bien sûr. Il faut carrément lui rentrer dedans, tordre la poignée pour avoir des relances pas trop anémiques car il est un peu mollasson. Ou bien cette impression est-elle due à la différence de réponse avec le moteur de la K1200GT qui s’envolait dans les tours au moindre degré de torsion de la poignée. Du moins, on sent bien qu’il n’a pas été programmé pour la compétition, pas comme celui de la R1100RS, par exemple. Mais pour « croiser » sur les belles routes de France, il est largement suffisant et loin d’être ridicule. Et puis, ne soyons pas faux-cul : c’est aussi pour cette tranquillité-là que je l’ai choisie et elle s’acquitte remarquablement bien de sa tâche.

    Question consommation, tous cycles confondus, elle nous fait un petit 5,6 l/100 km, un peu au-dessus de la R1200RT (5,5 l/100 km) et très en-dessous de la K1200GT (6,5 l/100 km). Et pour l’huile, on est dans la norme (moins d’un litre au 1000 km).

    Au final, je ne suis pas du tout mécontent de cette opération. Voilà une moto qui redonne confiance dans la marque même si elle n’est plus de première jeunesse encore que ce ne soit pas une antiquité. Il faut juste se réhabituer au stater manuel et à l’absence de temporisation des clignotants. Plus d’ordinateur de bord complexe, plus de selles chauffantes (c’était bien, ça) mais une radio pas très commode car sans réglages au guidon. Et puis de toute façon, avec mon ouïe électronique, hein ? Plus de suspensions pilotées non plus et des variations d’assiette plus marquées que sur les deux 1200 et un réglage des phares pas évident en duo. Voilà, c’est tout. Le reste n’est que plaisir de voyager.

    On va donc en parler.. bientôt.

    Para bellum

    samedi 15 juin 2013, par Marc Leblanc

    On sait parler des retraités sur France 2 et ça fait chaud au cœur. Déjà, l’autre soir, on nous donnait en pâture ces misérables vieux séniors qui, faute d’une pension bien grasse, à ce qu’ils disaient et que disait le commentaire, partaient en exil au Maroc avec leurs 650 € par mois pour vivre comme des princes des « Milles et unes nuits » grâce aux tomates à 30 centimes le kilo. Le rêve à portée de la bourse la plus plate, 6 ou 7 mois par an, sur fond de gros camping-car flambant neuf à 40000 € au bas mot et sans voir un seul Marocain à moins de 500 m. Autant dire le nirvana ! Bon, faut aimer la tomate mais quand même ! Et tout ça se retrouvait autour d’une bonne table bien garnie, entre ripailleurs bien de chez nous, dans la joie et la bonne humeur innocentes comme il sied aux gens modestes qui savent se contenter de peu.

    Ce soir, on nous expliquait que la pension moyenne du retraité moyen tourne autour de 1350 € par mois et on l’illustrait en interrogeant des retraités représentatifs émargeant à 1500 € bien obligés de convenir, à ce tarif scandaleux, qu’ils étaient prêts à faire des efforts mais que, bon, ça coinçait quand même un peu. Comme quoi, non seulement ces salauds de vieux retraités sont des privilégiés mais, en plus, c’est des égoïstes, les mecs. Non mais allo, quoi ! Tu les paies à glander à longueur de journées en attendant la mort et, en plus, ils se font tirer l’oreille pour participer au salutaire effort de redressement national. On croit rêver !

    Alors, pour bien faire passer le message, impartial comme il se doit, on nous a rappelé les exorbitants privilèges de la fonction publique : pension calculée sur les 6 derniers mois (hors les primes) et non pas sur les 25 meilleures années, ce qui malgré tout donne des pensions et des taux de remplacement sensiblement les mêmes en moyenne, excepté pour l’administration centrale où les cadres sont surreprésentés. On comprend mieux son efficacité… Bref, c’est dire si les fonctionnaires jouissent de sacrés privilèges. Pour plus de développement, voir cet article.

    Ceux dont ne parlait pas l’édifiant reportage, c’était ces autres retraités, ceux qui vivent avec beaucoup moins de 1350 € par mois, parmi lesquels les femmes sont ultra-majoritaires. C’est un oubli d’ailleurs assez récurrent alors que tous ceux qui prétendent régler le fameux problème des retraites — qui, pour un peu, serait la cause de la ruine du pays — n’ont que les mots équité et justice à la bouche depuis plus de 30 ans. Mais les femmes ne doivent pas entrer dans leur champ de vision, semble-t-il. On notera aussi que lorsqu’ils emploient le mot partage, ce n’est pas pour parler des richesses mais des efforts à fournir pour « sauver notre système », ce qui ne s’adresse en réalité qu’à nous autres mais pas à nos élites économiques et financières. Faut pas déconner non plus. Surtout éviter le parallèle abusif entre l’incessant enrichissement des plus riches et l’appauvrissement du plus grand nombre.

    Dès lors, il est naturel de lancer des contre-feux pour détourner l’attention : les chômeurs qui chôment au lieu d’aller bosser ; les tricheurs aux allocs et autres prestations sociales, surtout les étrangers ; les retraités privilégiés alors que notre jeunesse ne peut construire le moindre début de vie ; les fonctionnaires-sangsue, etc. Au moins, pendant qu’on se bouffe le foie entre nous, on s’occupe pas des choses sérieuses.

    Le pire, c’est que ça marche. A en entendre certains, aligner les régimes spéciaux sur celui du privé ne serait que justice et équité. Ce sont en général les mêmes qui, il y a dix, quinze ou trente ans faisaient mine d’être trop occupés pour se battre et défendre leurs droits, la sécurité sociale, les services publics. Les lâches ont toujours de bonnes raisons pour ne pas se mouiller. Ça les rend d’autant plus hargneux contre ceux qui ont osé le faire. D’autres se font un plaisir d’opposer les jeunes aux anciens en professant qu’ils leur paient des rentes dorées tandis que ces vieux égoïstes ne leur laissent que des dettes en échange, oubliant au passage que notre contrat social est aussi un contrat intergénérationnel qui ne s’arrête pas aux retraites mais englobe l’ensemble des services publics financés par les contributions de tous (enfin, sauf des nantis, bien sûr). C’est bien plus porteur que de pointer le démantèlement de tous les dispositifs de solidarité et de répartition au profit de services commerciaux lucratifs pour ceux qui peuvent payer et de la charité (elle aussi privée) pour les autres.

    C’est aussi bien plus apaisant que de reconnaître que, à force de vouloir se convaincre que la lutte des classe n’est pas à l’ordre du jour, nous sommes en train de la perdre car l’oligarchie qui détient le pouvoir et ses larbins de droite ou de « gauche » n’ont eux cessé de la mener contre nous et sont en passe de nous écraser.

    Peut-être alors, quand à force d’avoir tant perdu il ne nous restera plus rien à perdre, quand nous serons le dos au mur, réaliserons-nous que le progrès de la condition humaine et la paix sociale ne peuvent exister que si l’on reste en permanence en alerte pour porter l’estocade contre ceux qui font commerce des peuples pour s’enrichir et accaparer le pouvoir. Il ne peut y avoir de justice et de démocratie sans des peuples prêts à se battre pour elles. Nous payons aujourd’hui de l’avoir oublié. Nous n’aurons bientôt d’autres choix que de reprendre la lutte, hélas !

    Si vis pacem…

    Le juif errant

    samedi 1er juin 2013, par Marc Leblanc

    Le monde a tendance à se dépeupler ces dernières années et ma discothèque à ressembler de plus en plus à un mur commémoratif où se succèdent les disques des artistes que j’ai aimés : Brassens, Ferrat, Reggiani, Brel, Leclerc, Ferré, Béranger, Pagani, Caradec, Barbara, etc.

    Georges Moustaki vient à son tour d’éteindre les feux de la rampe et de baisser le rideau, discrètement, à l’image de sa vie, après longtemps de silence. Il était entré dans mon univers musical en 1969, comme pour beaucoup de gens, je suppose, avec sa chanson « Le Métèque ». Dans l’album qui l’accompagnait, j’avais découvert un artiste étonnant par sa voix douce et claire et par son talent à marier les plus délicates harmonies aux poèmes les plus beaux.

    En réalité, sans que je le sache, Moustaki existait déjà dans mon univers grâce aux chansons de Reggiani, la sublime « Sarah », bien sûr, et plus particulièrement « Ma liberté » que je m’appliquais à chanter autour des feux de camps estivaux en grattouillant piteusement ma guitare. Il y existait même depuis bien plus longtemps encore car, à la maison, mes parents vouaient une grande admiration à Édith Piaf pour qui il avait composé « Milord ».

    J’aimais bien ce type et l’image qu’il donnait, celle d’un gars nonchalant, calme qui ne parlait ni ne chantait jamais en élevant la voix mais qui pouvait dire avec simplicité des choses d’une rare justesse qui me touchaient. A bien des égards, il était l’archétype du méridional, du méditerranéen, du grec même, apôtre du temps de vivre et du temps partagé avec les amis, du temps que l’on prend pour faire les choses calmement, sans se précipiter, posément pour aimer ou pour chanter, le cauchemar des libéraux de cette Europe du Nord qui méprisent tant celle du Sud où ils ne voient que voleurs, profiteurs et tire-au-flanc et qu’ils s’emploient à humilier avec une persévérance qui confine au racisme. Moustaki, c’était notre frère à nous les méridionaux, qui, par son talent et par la beauté de ses musiques et de ses textes, nous redonnait la fierté d’être ce que nous sommes avec nos rares défauts et nos généreuses qualités. Ecoutez « En méditerranée » ou « Grand-père », il y parle de chez nous. Pour autant, il était aussi gourmand de découvertes d’humanités diverses, de musiques du monde, notamment brésilienne. Même s’il n’étalait pas sa vie dans les médias et ne se posait pas en maître à penser, il était de ces gens qu’on aime simplement parce qu’ils nous rendent notre sourire et nous considèrent avec gentillesse.

    Ses chansons m’ont accompagné toute ma vie. Comme celles d’autres, bien sûr, mais souvent elles sont venues résonner dans mon crâne, plus encore depuis que mon système auditif décline. Les textes sont si beaux, les musiques si agréables. On peut préférer telle chanson à telle autre mais il me semble qu’on ne peut pas ne pas les aimer toutes tant elles sonnent comme de la poésie à l’état pur. Une chanson de Moustaki, c’est un pur instant de douceur et de bonheur.

    Lui aussi s’était vu mettre le pied à l’étrier par Georges Brassens dont il a été l’élève et dont il a pris le prénom en signe d’éternel hommage. Pourtant, il s’appelait Joseph ce qui, toute charge biblique mise à part, n’était pas mal non plus. Mais on n’imagine pas le bien que le facétieux moustachu a fait à la chanson française en aidant et en soutenant tant de jeunes talents au front aujourd’hui blanchi.

    Et puis, Moustaki était aussi motard, sans ostentation mais sans faux semblant. Et cela collait bien à l’image de son personnage à la fois discret (on peut être motard et ne pas se complaire dans la démonstration) et déterminé. Libre comme ceux qui donneront naissance à la FFMC.

    Oui, le monde se dépeuple ces dernières années. Mais Georges Moustaki nous laisse une discographie si belle qu’elle nous aidera à surmonter la tristesse de son départ. Il me restera aussi le privilège d’organiser dans ma tête de somptueux concerts privés où la douceur de Moustaki se conjuguera à la chaleur de Ferrat et de Reggiani sous le regard bienveillant de Brassens.

    Merci Monsieur Moustaki pour avoir embelli ce monde par vos chansons et nous avoir aidés à cultiver l’espoir de le changer vraiment.

    Voici ce qu’écrivait Georges Brassens en mai 1954 à l’attention de Georges Moustaki, le poète qui avait alors 20 ans :

    Il existe encore des poètes. Mais ils se cachent çà et là entre deux pierres ou dans des trous d’aiguille. On les traque sans relâche (Pères indignés. Faut embrasser une carrière. Gagner sa vie. Que vont dire les gens !). Ils meurent presque tous très jeunes, les poètes, et l’homme leur survit comme on raconte. Bien sûr, un certain nombre échappe au massacre. Et alors on les fête comme une victoire nationale. On les cajole, on les appelle « cher maître » au sérieux, on se délecte à les écouter chanter leur feu ni lieu d’avant la ratification (Les bourgeois sont troublés de voir passer les gueux de Richepin ou d’ailleurs). Mais quand ils n’en menaient pas large, on leur fermait la porte au nez. Moustaki en est un. Il a eu vingt ans tout à l’heure et c’est plus difficile qu’on ne le suppose (Le petit cheval de Paul Fort, dans le mauvais temps, qu’il avait donc du courage). Il écrit des chansons entre les lignes. Il aurait pu bâcler des insanités et se faire chanter par la canaille lyrique. Il a choisi les chemins escarpés, les chemins coupés. Il fait confiance au public. Il aura sa récompense.
    Un temps viendra où les chiens auront besoin de leur queue et de Moustaki, poète inébranlable, et ceux qui s’apprêtent à le mordre aujourd’hui lui passeront la main dans les cheveux, s’il lui en reste.
    Soyez bons pour les animaux, même les tigres. Chante Moustaki. Ta chanson s’envolera vers les oreilles. Le temps s’en charge. Tu n’es pas seul. Écoute Guy Charles-Cros :

    Avec des mots chantés à voix profonde et douce
    Avant qu’un peu de terre emplisse notre bouche
    Confier à la vie notre lucide amour,
    C’est là notre travail sans trêve et notre fête,
    Notre raison de vivre et de mourir poète,
    Notre unique et divin recours.

    Pour le Figaro, c’est « la France rebelle », celle de citoyens qui défient le pouvoir. Elle était moins lyrique, la feuille de chou réactionnaire, quand c’étaient des travailleurs en lutte pour sauver leurs emplois ou leurs retraites qui descendaient dans la rue, il n’y a encore pas si longtemps. Mais là, il s’agit de bouffer du pédé. Alors, on se lâche et on fait bon accueil aux groupuscules d’extrême-droite qui se sentent pousser des ailes et qui rêvent d’abattre la gueuse, comme au bon vieux temps.

    Ils ont tué Jaurès !

    vendredi 1er mars 2013, par Marc Leblanc

    JPEG - 13.2 ko
    Jaurès assassiné - L’Humanité

    Le bistrot était presque vide. A l’extrémité du zinc, la patronne conversait tranquillement avec deux habitués accoudés au bar et juchés sur les hautes chaises. La journée démarrait tout doucement pour tout le monde. Nous nous étions installés à une grande table au milieu de la salle et parlions nous aussi à voix basse de choses et d’autres sans grande importance. Surtout, nous tentions de chasser de nos esprits les dernières brumes d’une nuit, comme toujours interrompue trop tôt, sans parvenir vraiment à échapper à d’ultimes rêveries qui nous enfermaient de longs moments dans un mutisme harassé. Je sirotais mon grand crème et y trempais les morceaux d’un pain au chocolat dont la croûte s’émiettait d’abondance et se répandait sur toute la table. Un autre habitué entra saluant l’assemblée à la volée et alla se joindre au trio de comploteurs, là-bas au fond du bar. Sur le vaste mur face au zinc, le grand écran plat était calé sur BFMTV, son coupé. On y voyait défiler les images de ce qui était l’actualité du jour, en alternance avec les gueules inexpressives des deux présentateurs, et soulignées de l’incontournable bandeau déroulant les sujets en cours. En dessous apparaissait aussi un pavé marqué « Alerte Info » annonçant à la manière d’une catastrophe nucléaire les velléités de candidature de Sarkozy pour la présidentielle de 2017. Comme si ça pouvait être une surprise ! Encore un truc pour nous pourrir la journée à peine commencée, en attendant de nous pourrir la vie pour de bon le moment venu. Quelle galère !

    Les reportages tournaient en boucle, comme il se doit : Mali, Syrie, « chiffres » du chômage, Sarkozy, Mali, Syrie, etc. Surtout Sarkozy dont de larges extraits de ses profondes réflexions — telles qu’il les avait confiées à Valeurs Actuelles — défilaient au bas de l’écran comme pour nous allécher. Bizarrement, le vide sidéral de la pensée — appelons ça ainsi — sarkozienne semblait être un sujet bien plus important que tout autre, notamment le chômage ou la mort d’un soldat français au Mali. Décidément la médiocrité des puissants prend toujours le pas sur les préoccupations des petites gens. Puis vint apparemment le moment de l’indispensable page « culturelle » — désolé, ça s’appelle comme ça ! — consacrée ce jour-là à un autre de nos grands comiques : Johnny. Il paraît que le cher grand homme, sentant sans doute la fin approcher, nous a concocté un nouvel album sur le temps qui passe accompagné d’une sorte de pot-pourri d’images de sa fastueuse jeunesse. Le bonheur, en somme ! C’est dans de tels moments que vous vient un lourd sentiment de lassitude face à une telle vacuité. Sarkozy, Halliday, voilà ce qui fait l’actualité dans ce pays d’après cette chaine d’information en continue, sans doute ni pire ni meilleure que les autres car aussi superficielle qu’elles. Des pourvoyeuses « d’infos » bien formatées, du prêt-à-digérer non pas consensuel mais fondamentalement orienté dans le sens du vent dominant, celui des puissants, du grand patronat, de l’ultra-libéralisme, pour qui des ouvriers en lutte commettent des actes de violence inacceptables alors que leurs vies sont saccagées par des licenciements d’une rare sauvagerie et un chantage à l’emploi d’un rare cynisme. Quand on met bout-à-bout ces infos partiales, incomplètes, superficielles et clairement orientées qu’on nous assène de toutes parts, on ne peut qu’être frappés par le profond mépris qu’elles traduisent, dans le fond, de la part de bon nombre de journalistes, à l’égard de la classe ouvrière, des gens modeste d’une façon générale, de ceux qui triment pour gagner leur vie.

    Je pensais alors à Stéphane Hessel, disparu une semaine avant et auquel, selon l’usage réservé aux grands hommes, la Nation devait rendre hommage ce même jour. Décidément non, ces événements ne pouvaient pas évoluer dans la même dimension. D’un côté l’élégance, l’humanisme, la sagesse et la générosité des convictions d’un Stéphane Hessel, de l’autre la vulgarité, la rapacité, la soif de domination et le culte de soi-même de quelques médiocres pantins. Deux conceptions antinomiques de l’humanité. L’une généreuse et sincère, l’autre hypocrite et égoïste. Je me demandais aussi comment Hollande allait se sortir de l’exercice, lui qui, tout en étant le chef de file d’un parti dont Stéphane Hessel était ou avait été une des figures, conduisait une politique qui, à bien des égards, prenait le chemin opposé de celui que prônait le vieux sage ou, en tout cas, était une cause de ses indignations. La politique de Hollande n’est ni plus ni moins que la continuation de celle de Sarkozy et, en cela, constitue un reniement pour ne pas dire une trahison des engagements, pourtant modestes, sur lesquels il s’était fait élire. Dès lors, quelle ironie de le voir rendre hommage à Stéphane Hessel, à la mémoire de qui ce serait faire gravement injure que d’oser comparer leurs pointures morales et politiques respectives, non plus qu’à celle d’une classe politique française qui, à peu d’exceptions près, se vautre dans une médiocrité confondante. Pourtant, une chose est sûre : cet hommage de la Nation aurait pu être encore plus affligeant s’il avait été conduit par Sarkozy, celui-là même qui était allé faire à plusieurs reprises le guignol prétentieux aux Glières pour y fouler au pied la mémoire des Résistants et l’œuvre du Conseil National de la Résistance.

    Pour finir, Hollande a assuré le service minimum face à cette encombrante figure, lui faisant un éloge à peine plus chaleureux que ceux de beaucoup d’autres ne possédant pourtant pas la même proximité supposée avec Stéphane Hessel, et évitant soigneusement de froisser le CRIJF dont l’aversion pour le défunt, illustrée par des diatribes assez minables — en raison de son soutien à la cause palestinienne — n’a d’égale que la propension pour le moins pénible de ces gens à voir un antisémite pathologique en quiconque ose critiquer la politique israélienne. Quel courage, Monsieur le Président. Mieux valait tenter d’accréditer l’idée que l’amitié qui liait Stéphane Hessel à Michel Rocard validait la conception que ce dernier avait de la Gauche, oui, de la Gauche alors que plus personne ne songe plus depuis longtemps à coller une telle étiquette sur le dos du malheureux ambassadeur de Sarkozy auprès des pingouins. Toujours le mot pour rire, ce Hollande ! Il faut dire que dans ce parti socialiste, il y a belle lurette que l’idée même de Gauche s’est perdue dans les sables mouvants de l’opportunisme, ne servant plus que très rarement de caution sociale à un libéralisme qui ressemble comme deux gouttes d’eau à celui promu par la droite. Et à quoi donc se résume le libéralisme ? A rendre les travailleurs responsables des difficultés économiques et à faire peser sur eux l’essentiel des sacrifices jugés indispensables, au prix des droits qu’ils ont chèrement acquis au cours du siècle dernier et qu’ils ont arraché de haute lutte à la bourgeoisie.

    Il paraît que ces acquis sont désormais ringards et obsolètes, d’après les habituels experts qui viennent presque quotidiennement nous expliquer que la crise, c’est nous et nos droits. En fait, pour le patronat et la bourgeoisie, ils le sont depuis le jour de la signature des accords qui les ont engendrés. L’occasion est trop belle, aujourd’hui, de remettre les compteurs à zéro pour les salariés et de les dépouiller. On sait bien que l’impôt ne fera qu’égratigner nos riches méritants. On sait bien que l’on ne pourra jamais éponger la dette. Mais l’essentiel n’est pas là. Ce qui importe, c’est de maintenir les peuples sous le joug, dans un état d’incertitude permanente et sous la menace de la misère afin de pouvoir puiser dans le vaste vivier mondial de main d’œuvre et de matière grise, en mettant en concurrence tous ces gens qui aspirent à vivre de leur travail, honnêtement, mais qu’on peut ainsi contraindre à renoncer à tout, y compris parfois à la dignité.

    Ils ont oublié, nos socialistes du XXIème siècle, que le socialisme, à l’origine, voulait l’émancipation de la classe ouvrière. Il voulait défendre et promouvoir la dignité des petites gens face à la rapacité de la bourgeoisie. Ils ont juste oublié qui leur donnait leur légitimité politique. Trahir le peuple a toujours coûté cher à la Gauche et n’a toujours servi qu’à affermir la droite la plus réactionnaire.

    Oui, nous laisserons sur le carreau le Code du Travail qui devait nous protéger un peu, nos salaires, nos retraites et la protection de notre santé, puisque le patronat et la bourgeoisie capitaliste l’exigent et que les socialistes, certains syndicats dits réformistes, la droite et l’extrême-droite sont à leurs ordres. Oui, on abandonne les classes modestes au nom d’une prospérité illusoire dont il n’est même plus question aujourd’hui qu’elle puisse être partagée si d’aventure elle revenait. Le peuple peut bien crever, il y a assez de miséreux de par le monde pour continuer à enrichir les puissants.

    Oui, ils ont oublié, les socialistes, qui ils étaient et qui ils auraient dû être…

    Bon courage pour les prochaines élections, mesdames et messieurs.

    Pourquoi avez-vous tué Jaurès ?

    Ils étaient usés à quinze ans
    Ils finissaient en débutant
    Les douze mois s’appelaient décembre
    Quelle vie ont eu nos grand-parents
    Entre l’absinthe et les grand-messes
    Ils étaient vieux avant que d´être
    Quinze heures par jour le corps en laisse
    Laissent au visage un teint de cendres
    Oui notre Monsieur, oui notre bon Maître
     
    Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?
    Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?
     
    On ne peut pas dire qu’ils furent esclaves
    De là à dire qu’ils ont vécu
    Lorsque l’on part aussi vaincu
    C’est dur de sortir de l’enclave
    Et pourtant l’espoir fleurissait
    Dans les rêves qui montaient aux cieux
    Des quelques ceux qui refusaient
    De ramper jusqu’à la vieillesse
    Oui notre bon Maître, oui notre Monsieur
     
    Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?
    Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?
     
    Si par malheur ils survivaient
    C’était pour partir à la guerre
    C’était pour finir à la guerre
    Aux ordres de quelque sabreur
    Qui exigeait du bout des lèvres
    Qu’ils aillent ouvrir au champ d’horreur
    Leurs vingt ans qui n’avaient pu naître
    Et ils mouraient à pleine peur
    Tout miséreux oui notre bon Maître
    Couverts de prèles oui notre Monsieur
    Demandez-vous belle jeunesse
    Le temps de l’ombre d’un souvenir
    Le temps de souffle d’un soupir
     
    Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?
    Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?
     
    Jacques Brel

    A lire aussi, ce texte de 2009.

    Ou cette reprise de Zebda :

Pages 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ...

s SPIP | thème par ydikoi | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0